Abandon de circuits par Greyhound: des impacts jusqu'en Abitibi

L'Outaouais et l'Abitibi-Témiscamingue s'éloignent un peu plus l'une de l'autre... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Outaouais et l'Abitibi-Témiscamingue s'éloignent un peu plus l'une de l'autre avec l'abandon du transport interurbain, les jours de semaine, par la compagnie Greyhound.

Vendredi, LeDroit rapportait que Greyhound abandonnait, les jours de semaine, son circuit entre Ottawa-Gatineau et Grand-Remous, en Haute-Gatineau. À partir du 29 février, la compagnie n'assurera plus de liaison entre les deux secteurs, sauf les vendredis et dimanches.

Greyhound a pris une décision semblable en ce qui a trait à sa ligne Gatineau-Laval passant par l'autoroute 50. Seules les cases horaires du vendredi et du dimanche sont conservées.

La situation problématique pour la population de l'Outaouais l'est tout autant pour celle de l'Abitibi-Témiscamingue. Transport Maheux - qui fait le lien entre Rouyn-Noranda, Val-d'Or et Grand-Remous - écope. Les clients de Transport Maheux ne pourront plus transférer dans un autobus de Greyhound, à Grand-Remous, pour poursuivre la route vers Gatineau ou Montréal.

«Si la situation n'est pas réglée, explique le président de l'entreprise, Pierre Maheux, les gens devront attendre le vendredi ou le dimanche pour aller ou revenir de Montréal ou Gatineau. La semaine, la clientèle qui part de l'Abitibi-Témiscamingue ne pourra pas se rendre plus loin qu'à Grand-Remous. Et puis, ceux qui veulent venir dans la région depuis Gatineau ou Montréal ne pourront pas se rendre à Grand-Remous, pour enfin transférer dans nos autobus.»

Le président de Transport Maheux cherche une solution et songe à combler le vide laissé par Greyhound. «On ne restera pas les bras croisés, dit-il. Cela a des impacts pour notre clientèle. C'est un volume d'affaires non négligeable. On perd du monde sur la ligne Abitibi-Montréal.»

L'entreprise cherche à obtenir la participation du gouvernement provincial, qui chapeaute un programme d'aide au transport collectif. Transport Maheux est aussi en contact avec le préfet de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Michel Merleau.

La Commission des transports du Québec a autorisé des modifications aux permis de Greyhound, ce mois-ci. La compagnie affirme que ces lignes entraînent des pertes financières de 300 000 $ par année.

Michel Merleau affirmait, cette semaine, que cette nouvelle était un «coup dur» pour le développement de la Vallée-de-la-Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer