La rivière Gatineau s'est stabilisée

Sept propriétaires de résidences secondaires étaient toujours affectés... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Sept propriétaires de résidences secondaires étaient toujours affectés par les inondations à Gracefield vendredi.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La rivière Gatineau s'est stabilisée à Gracefield. Le cours d'eau ne menaçait pas de sortir davantage de son lit, ont observé les autorités vendredi.

Les inondations, inhabituelles pour cette période de l'année, affectaient toujours sept propriétaires de résidences secondaires, dans le secteur des chemins Cardinal et Gélinas, près du lac Bitobi.

Le directeur régional de la sécurité civile, Gaëtan Lessard, entrevoit la fin de semaine avec plus d'optimisme qu'il y a deux jours. «Les températures seront légèrement à la hausse, ce qui va empêcher la formation de radeaux de glace et d'embâcles.»

Jeudi, des morceaux de glace faisaient gonfler le lit de la rivière. Cette situation inquiétait au plus haut point la mairesse de Gracefield, Joanne Poulin.

La mairesse se sentait plus rassurée vendredi. «Si les températures ne sont pas extrêmes jusqu'au 31 janvier, on va être correct. Après cette date, avec les journées qui s'allongent, il y a plus de soleil, et la glace représente moins un danger.»

La cartographie produite par Hydro Météo en a dit plus long sur le comportement printanier des eaux des rivières Gatineau et des Outaouais.

«On a affaire à des embâcles importants, mais pas très épais, soit de deux à quatre pieds, explique M. Lessard. Lorsque les rivières n'ont pas de "couvercle" de glace, il se forme des "nénuphars" de glace. C'est à ce moment que ça risque de bloquer le débit d'eau, qui ne peut plus couler de façon régulière.»

La rivière est couverte de glace entre Bouchette et Maniwaki, ce qui rassure la Sécurité civile. «Là où les eaux sont en cascades, on surveille, poursuit le directeur régional. Ce sont des endroits où le frasil devient de la glace ferme, créant des embâcles.»

La Sécurité civile avait aussi un oeil sur la rivière des Outaouais, plus particulièrement dans le Pontiac, vendredi. «Il est possible que l'Ontario Power Generation réduise le débit du cours d'eau pour faciliter la création d'un "couvercle" de glace, explique M. Lessard. Ainsi, l'eau coulerait sous cette couche avec plus de fluidité, évitant la création de "radeaux" de glace. Pour l'instant, c'est assez stable.»

Le mercure sera à la hausse à partir de dimanche. Une bonne nouvelle pour ceux qui espèrent voir la rivière calmer ses ardeurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer