Conditions routières difficiles à prévoir

«Ça risque de se refroidir assez rapidement, indiquait... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

«Ça risque de se refroidir assez rapidement, indiquait le météorologue d'Environnement Canada, Bruno Marquis, samedi en fin d'après-midi. On pourrait avoir un gel soudain de tout ce qui se trouve sous forme liquide au sol. [...] C'est le genre de situation qui cause des freeze flashes

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La prudence sera de mise lundi matin, alors que les routes de la région de la capitale nationale pourraient bien être glissantes.

En après-midi, dimanche, Environnement Canada soutenait qu'entre 15 et 30 mm de pluie étaient tombés dans la plupart des secteurs de l'est de l'Ontario et de l'Outaouais. On attendait alors entre 10 et 15 mm supplémentaires au courant de la soirée.

Le hic, c'est que cette couche d'eau au sol est fort probablement glacée, lundi matin. C'est du moins ce qui se dessinait en soirée, dimanche.

Rapidement, le mercure est descendu sous zéro en soirée. Environnement Canada prévoyait également des chutes de neige au courant de la nuit.

Si bien que la pluie tombée au sol n'a pas eu le temps de sécher et devait fort probablement laisser une couche de glace sur les routes et sur les trottoirs. «Ça risque de se refroidir assez rapidement, indiquait le météorologue d'Environnement Canada, Bruno Marquis, samedi en fin d'après-midi. On pourrait avoir un gel soudain de tout ce qui se trouve sous forme liquide au sol. [...] C'est le genre de situation qui cause des freeze flashes

«Il va falloir que ceux qui s'occupent des routes fassent bien leur travail parce qu'on pourrait avoir des routes assez glissantes», illustrait alors M. Marquis.

Pour limiter les effets du gel, la Ville d'Ottawa avait demandé l'aide de ses citoyens afin de dégager les puisards et accélérer le drainage de la voie publique.

Redoux salutaire

Selon la radio CHGA dans la Haute-Gatineau, les risques d'inondation se sont résorbés aux abords de la rivière Gatineau, à Gracefield. La température plus élevée qu'à l'habitude à cette période de l'année a fait fondre la glace et a libéré les embâcles. Le camping Le Bivouac de l'ancien était submergé la semaine dernière.

Vendredi, la Conservation de la Nation Sud (CNS) s'inquiétait des risques de fortes pluies et de fonte de neige, craignant une hausse importante du niveau d'eau.

Au final, il semblerait que ce scénario catastrophe ne se soit pas concrétisé. En soirée, le site web de la CNS accordait toujours le statut «d'eau dangereuse» pour le niveau d'eau, une étiquette qui signifie qu'il y a des débits élevés, que les berges sont dangereuses, mais qu'aucune inondation n'est prévue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer