Fidèle au poste depuis 22 ans

Georges Bilodeau, bénévole de Nez rouge, a conservé... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Georges Bilodeau, bénévole de Nez rouge, a conservé les épinglettes de l'organisme à travers toutes ses années de service.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si vous avez déjà eu recours aux services d'Opération Nez rouge (ONR) en Outaouais, il y a peu de chances que vous ne l'ayez pas croisé sur les routes. Fidèle au poste depuis 22 ans, le bénévole Georges Bilodeau n'hésite pas à dire qu'il fait «partie des meubles» de l'organisation. Les soirées où il n'a pu reconduire des clients trop éméchés ou fatigués pour prendre le volant, il peut presque les compter sur ses doigts d'une seule main. Et tant que la santé lui sourira, il a l'intention de continuer à faire tourner l'odomètre.

Pour le Gatinois de 78 ans, un grand constat s'impose s'il compare 2015 à ses débuts en 1993: le message de sensibilisation passe plus que jamais, y compris chez les jeunes, car conduire avec les facultés affaiblies peut avoir de graves conséquences.

«La moyenne d'âge a chuté. L'autre soir, on a fait sept transports, tous pour des jeunes de 18 à 25 ans, alors que quand j'ai commencé, 99% de nos clients étaient âgés entre 40 et 75 ans. [...] De plus en plus, les gens n'ont pas honte ni peur d'utiliser Nez rouge. Ils sont devenus responsables. Beaucoup de jeunes aussi reviennent quelques soirs plus tard, mais cette fois-ci pour donner un coup de main comme bénévoles», lance celui à qui revient le titre de doyen d'ONR dans la région.

Père de cinq enfants et grand-père sept fois, il dit avoir eu le déclic pour la cause quand, à la sortie d'un party du jour de l'An, il avait réalisé à quel point beaucoup de gens s'apprêtaient probablement à conduire avec un taux d'alcool dans le sang supérieur à la limite permise de 80 mg par 100 ml.

«J'étais avec mon épouse et quand j'ai vu le nombre de personnes qui se tenaient sur les cadres de porte ou les voitures, je me suis dit que ça n'avait pas de sens. L'un des seuls à jeun, j'avais malgré tout choisi de lâcher un coup de fil à ONR. L'année suivante, j'ai décidé de m'impliquer avec mon gendre. Lui, il a arrêté l'an suivant, mais moi, j'ai simplement oublié d'arrêter. Je me suis dit que je cesserais après 10 ans, mais là je pense bien me rendre jusqu'à 25 ans», affirme le volubile septuagénaire.

Le coeur sur la main, celui qui a fait carrière chez Postes Canada pendant 36 ans s'implique dans maintes causes dont la Société Saint-Vincent de Paul et la Fondation des maladies du coeur. Ses heures, il ne les comptabilise pas: à chaque soir d'ONR, il a toujours été en poste du début à la fin. À preuve, l'homme, qui fait équipe avec Michel Pilon et Garry Lafrenière depuis une décennie, a conclu sa dernière nuit de bénévolat au Nouvel An... à 6h15.

«Je touche du bois, mais je suis en parfaite santé. Je m'entraîne trois heures par jour et selon mon médecin je suis en meilleure condition que 97% de ses patients de 40 ans et moins», s'exclame en riant l'homme qui se souvient parfaitement de la soirée où il avait pu être derrière le volant d'une luxueuse Rolls-Royce.

Évolution de l'opération

Opération Nez rouge a considérablement évolué depuis le début des années quatre-vingt-dix, avoue M. Bilodeau. Sauf que le plaisir que l'expérience lui apporte chaque fois que décembre frappe aux portes n'a pas changé d'un iota. 

Les anecdotes s'accumulent par dizaines et il dit en avoir vu de toutes les couleurs.

«Au début, on était en service six soirs, maintenant c'est 12. Le territoire qu'on couvre, lui, a triplé de superficie, il est devenu immense. En deux transports lors d'une soirée cette année, on avait déjà parcouru 220 km. Et franchement, avec tous les nouveaux projets domiciliaires, impossible aujourd'hui de se passer d'un GPS», soutient-il.

Au-delà de tout ceci, le Gatinois confie que si grâce à son implication à ONR, il peut avoir contribué à sauver ne serait-ce qu'une seule vie sur les routes de la région, il pourra dire mission accomplie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer