Les grands disparus de 2015 dans la région

Richard Proulx est décédé le 25 mars.... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Richard Proulx est décédé le 25 mars.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Des deux côtés de la rivière, plusieurs personnalités connues nous ont quitté au cours de l'année 2015. De la politique aux sports en passant par les arts, chacune d'entre elles a marqué son domaine respectif.

6 janvier: Pierre Granier

Le monde du soccer en Outaouais pleurait la mort d'un de ses pionniers, le 6 janvier, lorsque le vétérinaire Pierre Granier a paisiblement rendu l'âme à l'âge de 85 ans.

Celui qu'on surnommait «Doc Granier» lorsqu'il se retrouvait sur les surfaces gazonnées de la région pour diriger de puissantes équipes locales avait cofondé l'Association régionale de soccer de l'Outaouais (ARSO) en 1978 avec Jean-Pierre Hétu.

Ancien joueur de football français, le fanatique du soccer avait quitté Grenoble pour mettre le cap sur le Québec dans les années 50.

Homme apprécié de tous, il a pris sous son aile plusieurs équipes seniors en plus d'implanter des programmes de soccer intérieur dans les écoles secondaires.

La Fédération de soccer du Québec l'a intronisé dans son Temple de la renommée en 2001, devenant ainsi la seule personnalité de la région à recevoir un tel hommage.

En 2012, cette même fédération lui avait décerné la médaille du centenaire.

Ernest Côté... (Archives, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Ernest Côté

Archives, LeDroit

25 février: Ernest Côté

Après avoir fait les manchettes deux mois plus tôt en survivant à l'assaut d'un présumé tueur lors d'un braquage à domicile à Ottawa, le vétéran centenaire de la Deuxième Guerre mondiale, Ernest Côté, est décédé de cause naturelle le 5 février à l'âge de 101 ans.

Son destin hors de l'ordinaire a permis de faire arrêter un des criminels les plus recherchés du Canada, près de 70 ans après qu'il ait participé à l'historique Débarquement de Normandie, le 6 juin 1944.

M. Côté a été victime d'un braquage à domicile le 18 décembre dernier dans sa résidence d'Ottawa. Son présumé agresseur, Ian Bush, aurait tenté de le tuer en lui couvrant la tête d'un sac de plastique après l'avoir ligoté. Le vétéran a réussi à se défaire de ses liens et à appeler à l'aide.

Ernest Côté avait multiplié les entrevues en janvier, et parmi celles-ci, un entretien avec notre chroniqueur Denis Gratton.

Malade depuis quelque temps, M. Côté avait pris ses distances des caméras et s'était abstenu de parler publiquement d'Ian Bush après l'arrestation de celui-ci pour le triple meurtre du juge Alban Garon, de sa femme Raymonde et de leur amie Marie-Claire Beniskos, en 2007.

Grâce à l'ADN recueilli sur les deux scènes commises à près de huit ans d'intervalle, les policiers croient avoir relié M. Bush aux deux crimes.

1er mars: Michel Thivierge

Le conseiller municipal de Rockland, Michel Thivierge, a rendu l'âme le 1er mars à l'âge de 72 ans après avoir combattu plusieurs maladies, notamment d'ordre cardiaque.

C'est justement en raison d'un coeur faible que les médecins n'ont pu l'opérer pour un cancer.

«C'est un homme dévoué à son quartier et à sa communauté. C'est pour ça qu'il avait été réélu, a commenté Guy Desjardins, maire de Clarence-Rockland, qui a siégé avec lui.

Électricien de formation, M. Thivierge a été échevin de la Cité de Clarence-Rockland de 2004 à 2014, en plus d'avoir oeuvré pendant deux mandats dans l'ancienne Ville de Rockland avant la fusion de 1998.

Reconnu pour son franc-parler, il avait souvent remis en question les décisions de certains conseillers et de l'ex-maire Marcel Guibord au cours de son dernier tour de piste à l'hôtel de ville, lieu de nombreuses réunions houleuses.

Il a également été membre du conseil d'administration de la Commission d'Hydro Rockland pendant 25 ans, dont 15 à titre de président.

Richard Proulx... (Archives, LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Richard Proulx

Archives, LeDroit

25 mars: Richard Proulx

Celui qu'à peu près tout le monde en Outaouais surnommait le «Gros Proulx» est décédé à l'âge de 70 ans, le 25 mars dernier.

Richard Proulx a fait la pluie et le beau temps sur les ondes radiophoniques de CJRC 1150 (l'ancêtre du FM 104,7) pendant près de 15 ans.

Après des remplacements dans les années 60 à CJRC où il commence sa carrière derrière le micro, des passages à la défunte station CKCH, ainsi que des radios de Sherbrooke, Montréal, Trois-Rivières et Lévis, Richard Proulx s'installe définitivement à CJRC en 1984 pour animer l'émission du matin.

Les partisans des Sénateurs d'Ottawa ont également bien connu la voix distinctive de Richard Proulx, lui qui a été leur annonceur maison de 1992 à 2003. Il a également été annonceur aux hippodromes Rideau-Carleton et d'Aylmer.

22 mars: Robert Gourd

L'ancien élu fédéral du comté d'Argenteuil - qui couvrait une partie de la Petite-Nation en Outaouais -, Robert Gourd, est mort le 22 mars dernier, à Montréal, à l'âge de 82 ans.

Il était malade depuis un long moment. Le politicien natif de l'Abitibi-Témiscamingue a été député libéral à la Chambre des communes de 1979 à 1984, avant d'être défait par la progressiste-conservatrice Lise Bourgault.

Par la suite, il a occupé de nombreuses fonctions au sein d'entreprises privées.

Il a également siégé à titre de commissaire à la Commission mixte internationale.

Son corps a été légué à l'Université McGill afin qu'il soit utilisé à des fins éducatives et de recherche.

28 mars: Denis Pigeon, alias Capitaine Franco

L'ex-professeur de l'École secondaire catholique Garneau est décédé le 28 mars à l'âge de 60 ans après un long combat contre la maladie neurodégénérative SLA, mieux connue sous le nom de maladie de Lou Gehrig.

Fier Franco-Ontarien, l'homme originaire de Cumberland avait décidé de se dévouer corps et âme à la cause du fait français en province, particulièrement à sa retraite.

Profitant de la popularité des bracelets en caoutchouc, portés par plusieurs en guise de soutien à une cause, il avait notamment décidé d'en créer un à l'effigie du lys et du trille, à ses frais, en 2006.

À la rentrée scolaire, il avait lancé la campagne de «l'Engagement à la francité» qui invitait les jeunes à s'investir dans la francophonie ontarienne en posant un simple geste: le port du bracelet.

Quelques mois plus tard, M. Pigeon a créé le personnage de Capitaine Franco, qui, équipé d'un monocycle, d'un harmonica et de siphons pour la jonglerie, parcourait les écoles francophones de la province pour présenter un spectacle visant à contrer les forces du «mal» de l'assimilation.

Mark Reeds... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 7.0

Agrandir

Mark Reeds

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

14 avril: Mark Reeds

L'entraîneur-adjoint des Sénateurs d'Ottawa, Mark Reeds, est décédé à l'âge de 55 ans en avril après avoir combattu un cancer féroce.

Il avait quitté les alentours de l'équipe quelques mois plus tôt pour mener cette lutte. Au final, même loin des siens, il a joué un rôle dans la fin de saison historique des Sens.

Les joueurs ont souligné à plusieurs reprises leur désir d'atteindre les séries éliminatoires.

Le décès de Mark Reeds est toutefois survenu la veille de la première partie de la série de première ronde qui opposait Ottawa au Canadien de Montréal, une série que les Sénateurs ont perdu en six matches.

Mark Reeds s'était joint à l'organisation ottavienne en 2011, alors à l'invitation du nouvel entraîneur-chef, Paul MacLean.

Après huit saisons comme joueur dans la LNH, il a été entraîneur à plusieurs niveaux, notamment dans la Ligue majeure junior de l'Ontario et avec le club-école des Blues de St-Louis.

26 avril: Marcel Pronovost

Décédé le 26 avril à l'âge de 84 ans, Marcel Pronovost a laissé sa marque dans le monde du hockey autant comme joueur que comme entraîneur et dépisteur.

Membre du Temple de la renommée et gagnant de quatre coupes Stanley comme défenseur avec les Red Wings de Détroit entre 1950 et 1955, et une autre avec les Maple Leafs de Toronto en 1967, Pronovost a aussi été le dernier entraîneur des Festivals de Hull et le premier des Olympiques de Hull, dans la LHJMQ, lors de son premier de deux séjours derrière leur banc, qu'il a retrouvé à la fin des années soixante-dix.

Fort respecté des joueurs, l'homme a entre autres aussi dirigé les Cougars de Chicago dans l'Association mondiale de hockey et les Sabres de Buffalo, dans la Ligue nationale de hockey, en plus d'être entraîneur-adjoint des Red Wings de Détroit.

Il a également oeuvré cinq ans pour la Centrale de dépistage de la LNH avant d'être embauché par les Devils du New Jersey, avec lesquels il a participé à trois autres conquêtes de la coupe Stanley, la dernière en 2003. Comme joueur, en 21 saisons dans la LNH, il a récolté 88 buts et 257 mentions d'aide en 1206 matches.

24 mai: Desmond Murphy

La Petite-Nation a perdu l'une de ses grandes figures de la politique municipale des trois dernières décennies le 24 mai lorsque l'ex-maire de la municipalité de Thurso, Desmond Murphy, a rendu son dernier souffle à l'âge de 87 ans.

L'homme a occupé ce poste pendant près de 20 ans, de 1986 à 2005, avant d'être défait par Maurice Boivin. M. Murphy détient d'ailleurs le record du plus long règne à la tête de la municipalité de 2600 âmes.

Durant sa carrière, il a également été préfet de la MRC de Papineau pendant un an et demi, en plus d'avoir siégé à titre de conseiller municipal. Lors de l'annonce du décès de M. Murphy, rigueur et professionnalisme sont les deux mots qui ont été évoqués le plus souvent par d'anciens collègues et amis qui ont eu l'occasion de côtoyer au fil des ans.

L'empreinte qu'il aura dans le paysage thursolien d'aujourd'hui est majeure, estime le maire actuel de l'endroit, Benoît Lauzon.

Le frère Maurice Lapointe... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 10.0

Agrandir

Le frère Maurice Lapointe

Etienne Ranger, Archives LeDroit

27 juin: Frère Maurice Lapointe

Bien connu dans la région, le couple propriétaire des écoles d'arts martiaux Patenaude Fang Shen Do Kung Fu, Jacques et Linda Patenaude, est mort tragiquement dans un accident de la route survenu le

4 juin dans l'État de New York.

M. Patenaude conduisait sa moto en direction nord sur la route 37 lorsqu'il a percuté de plein fouet l'arrière d'un véhicule qui s'était immobilisé à une intersection pour effectuer un virage à gauche.

L'homme de 60 ans et la femme de 55 ans de Casselman, que plusieurs considéraient comme inséparables, ont laissé dans le deuil leurs quatre enfants, Stéphane, Martin, Christine et Sylvain.

Après un départ modeste, ayant ouvert leur première école d'arts martiaux dans le sous-sol d'une église, le couple franco-ontarien avait réussi au fil du temps à faire progresser son entreprise au point où les écoles Patenaude Fang Shen Do Kung Fu représentaient la plus grande chaîne de Kung-Fu au Canada.

20 juillet: Jean Alfred

Le premier député noir de l'histoire du Québec - et l'un des deux seuls députés indépendantistes à avoir été élus en Outaouais -, Jean Alfred, a rendu l'âme à l'âge de 75 ans le 20 juillet dans son appartement du centre-ville de Gatineau.

La mort de l'ex-député de Papineau (1976-1981) est passée sous le radar médiatique pendant près de deux semaines, celui qui a été décrit comme un «travailleur infatigable» ayant demandé à ce que le tout soit gardé sous silence.

Durant son seul et unique mandat, M. Alfred s'est fait connaître comme «le père de l'Hôpital de Gatineau» en raison de son rôle central dans le développement de ce centre hospitalier. Il avait réussi à convaincre le ministre de la Santé de l'époque d'accorder le financement pour la construction de l'hôpital, inauguré il y a 32 ans.

Avant d'être élu à l'Assemblée nationale, M. Alfred a siégé au conseil municipal de l'ex-Ville de Gatineau et à la Commission scolaire de l'Outaouais. Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a soumis le nom de M. Alfred au comité de toponymie de la Ville afin d'analyser les différentes possibilités de lui rendre un hommage «digne et pertinent».

8 août: Fernand Nadon

L'ancien conseiller municipal de l'ex-Ville de Hull Fernand Nadon est décédé paisiblement le 8 août à l'âge de 86 ans. L'homme a occupé les fonctions de conseiller du quartier Wright de 1972 à 1991.

Il avait tenté sa chance une première fois en politique municipale en 1970, mais avait été défait par 15 voix par Jean-Marie Séguin.

Lorsque ce dernier a été élu maire, il lui a succédé à titre d'échevin.

Celui qu'on surnommait «Fern» a été l'un des confondateurs de la Bibliothèque municipale de Hull, sans compter qu'il a fait partie de l'équipe derrière le projet de construction de la Maison du citoyen, inaugurée à l'automne 1980.

En 2004, il a été intronisé au Temple de la renommée de la Ville de Gatineau, pour le secteur Hull, dans la catégorie «Bâtisseur».

M. Nadon a laissé dans le deuil son fils et trois petits-enfants, dont le chef d'antenne du Téléjournal d'Ici Radio-Canada Ottawa-Gatineau, Mathieu Nadon, ainsi que trois frères, des parents et amis.

13 août: Clément Cadieux

La communauté franco-ontarienne était en deuil d'un grand bâtisseur, le 13 août, lorsque Clément Cadieux a rendu l'âme à l'âge de 88 ans à l'Hôpital Montfort, pour lequel il a été un grand pilier pour sa sauvegarde.

«Il était un homme très intelligent et très dévoué à la communauté. Après sa famille, l'amour de sa vie était l'Hôpital Montfort», a témoigné dans nos pages Christine Sigouin, présidente et directrice générale de la Fondation du seul hôpital qui offre une formation universitaire de langue française en sol ontarien.

M. Cadieux a été membre du conseil d'administration de la fondation pendant une vingtaine d'années, notamment comme président du début des années 1990 jusqu'en 2006.

Comptable de formation, l'homme a passé près de 40 ans de sa carrière au sein d'une importante société de développement immobilier d'Ottawa, participant à la mise en chantier de plusieurs projets d'envergure qui ont changé la face de la capitale nationale, dont le complexe Place de ville, à Ottawa, et les Terrasses de la Chaudière, à Gatineau.

Jocelyne Ouellette... (Archives, LeDroit) - image 14.0

Agrandir

Jocelyne Ouellette

Archives, LeDroit

20 août: Jocelyne Ouellette

Un mois après la mort de Jean Alfred, voilà que l'ancienne députée du Parti québécois dans la cirsoncription de Hull, Jocelyne Ouellette (née Villeneuve), a rendu l'âme le 20 août à la suite d'un «courageux combat contre le cancer». Elle était âgée de 71 ans.

Celle qui avait fait partie de la première cohorte de femmes à faire leur entrée à l'Assemblée nationale, avait été élue de justesse lors du raz-de-marée péquiste de 1976, délogeant Oswald Parent par une petite majorité de deux voix. Un recomptage judiciaire avait été nécessaire pour qu'elle soit déclarée gagnante, 37 jours après la date du scrutin.

Mme Ouellette a été la seule ministre péquiste qu'a connue l'Outaouais, ayant hérité du portefeuille des Travaux publics et de l'Approvisionnement au sein du premier cabinet de René Lévesque. Elle a par la suite été déléguée du Québec à Ottawa, juge administrative et vice-présidente de la Commission municipale du Québec.

30 septembre: Pierre de Bellefeuille

L'ex-député péquiste et journaliste Pierre de Bellefeuille s'est éteint le 30 septembre à l'âge de 92 ans.

Natif de la capitale fédérale, l'homme a étudié en philosophie avant de se lancer dans une carrière dans les médias, durant laquelle il a notamment été reporter et chroniqueur parlementaire pour LeDroit de 1945 à 1951 puis rédacteur en chef du magazine Maclean's de 1960 à 1964.

M. de Bellefeuille a aussi oeuvré à la radio et à la télévision, animant entre autres l'émission La part du lion sur les ondes de Radio-Canada. Élu comme député du Parti québécois dans la circonscription de Deux-Montagnes en 1976 puis réélu cinq ans plus tard, il a quitté le caucus péquiste en 1984 pour siéger comme indépendant à l'Assemblée nationale.

Max Keeping... (Archives, LeDroit) - image 16.0

Agrandir

Max Keeping

Archives, LeDroit

1er octobre: Max Keeping

L'ancien animateur du bulletin de nouvelles de 18h sur les ondes de CJOH-TV - devenu CTV Ottawa - est décédé après un long combat contre le cancer à l'âge de 73 ans, le 1er octobre.

Max Keeping a occupé le siège de chef d'antenne de 1972 jusqu'à sa retraite, en 2010. Non seulement un ambassadeur pour sa station, Max Keeping a été un fier représentant de la Ville d'Ottawa et de la région.

Il s'est fait le porte-parole de nombreux organismes, mais on se souviendra de lui pour son implication avec la Fondation du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO). Il a animé le téléthon de cet organisme pendant 25 ans. Une aile du CHEO porte d'ailleurs le nom de ce journaliste.

Winston Maxwell Keeping est né dans la province de Terre-Neuve et est arrivé à Ottawa en 1965 pour couvrir la politique fédérale.

Il a combattu, en 2003, un cancer de la prostate, avant de recevoir le diagnostic d'un cancer colorectal en 2012. Deux ans plus tard, les tumeurs ont atteint ses poumons.

Max Keeping a rendu l'âme dans un centre de soins palliatifs.

2 novembre: Roméo Phillion

Pendant trois décennies, Roméo Phillion croupissait derrière les barreaux après avoir été reconnu coupable, en 1972, du meurtre non prémédité de Léopold Roy, un pompier d'Ottawa.

Or, pendant toutes ces années, Roméo Philion a clamé son innocence. Il avait été reconnu coupable sur la base d'aveux retirés presque immédiatement. La police avait également omis d'informer la défense d'un alibi qui innocenterait l'accusé.

Cinq ans après avoir obtenu sa libération, la Cour suprême a rendu une décision qui lui permettait de poursuivre la police et la Couronne. Phillion espérait obtenir 14 millions $ en dédommagement, plaidant la négligence et des fautes dans l'enquête et le procès. Roméo Phillion a cependant rendu l'âme avant d'obtenir réparation. Sa famille a indiqué qu'elle poursuivrait son combat.

Il était âgé de 76 ans au moment de son décès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer