Exclusif

Un Américain veut acheter le train

La municipalité de La Pêche appuie le projet... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La municipalité de La Pêche appuie le projet de relance du «p'tit train» d'un promoteur américain.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un riche promoteur américain souhaite acheter le Train à vapeur de la Gatineau et l'opérer dans la région dès l'été prochain, a appris LeDroit.

La compagnie Gatineau Valley Scenic Railway doit incessamment faire une proposition d'achat à la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO). Il s'agirait de la première offre d'achat officielle pour le train à vapeur depuis l'abandon du projet Masson-Montebello. Jusqu'à maintenant, la CCFO n'a eu que des déclarations d'intérêts, mais aucune offre officielle.

Le promoteur américain dont l'identité n'est pas encore connue a en poche un appui ferme de la municipalité de La Pêche. Le maire Robert Bussière a confirmé l'information et devait faire parvenir cette résolution à la CCFO au courant de la journée de mercredi.

«Il veut opérer le train sur notre territoire, explique M. Bussière. Il n'a pas besoin d'argent du gouvernement. Il est prêt à s'occuper de l'entretien des rails et du train. Il a de l'expérience dans le domaine. Tout ce dont il a besoin, c'est de notre appui et l'accès à la voie ferrée qui nous appartient. Il veut être en activité dès l'été 2016. Il n'y a pas de réparations majeures à faire à la voie ferrée. Nous l'appuyons.»

M. Bussière explique que les premiers contacts avec ce promoteur ont été rendus possibles grâce au travail de l'Association du train à vapeur de Wakefield. Les premières discussions ont eu lieu il y a environ un mois, mais elles se sont accélérées au cours de la semaine dernière.

Le trajet proposé par Gatineau Valley Scenic Railway est relativement court. «Le train partirait du village de Wakefield et irait jusque dans la partie sud de la municipalité, dans les environs de la carrière Morrisson, explique M. Bussière. C'est un trajet de quatre kilomètres. C'est le genre d'expérience que les gens veulent vivre. Ils ne veulent pas passer la journée dans le train.»

La municipalité de La Pêche demande à la CCFO d'entamer des négociations sérieuses avec ce promoteur avant de procéder à la vente du train à vapeur. «On espère que la CCFO aura une grande ouverture, elle pourrait ainsi s'assurer que le train demeure dans la région», affirme le maire Bussière.

Pas d'offre formelle

La présidente de la CCFO, Louise Boudrias, affirme qu'elle n'a toujours pas d'offre officielle en main. Elle précise que deux promoteurs de la région et deux autres de l'extérieur ont toutefois signifié de l'intérêt. Les offres provenant de la région seront favorisées.

«Ce que nous voulons privilégier, c'est un projet qui permettrait de conserver le train dans la région, explique Mme Boudrias. Le promoteur peut provenir de l'extérieur, ce n'est pas important, tant qu'il a la volonté d'opérer le train en Outaouais.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer