Le Festibière d'hiver abat les frontières

Les organisateurs du Festibière, Leticia McConnell, Michael O'Farrell,... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les organisateurs du Festibière, Leticia McConnell, Michael O'Farrell, Nicolas Cazelais et Alex Van Dieren.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les organisateurs du Festibière d'hiver de Gatineau n'ont pas lésiné sur la paperasse dans le but d'arriver à quadrupler le nombre de microbrasseries de l'Est ontarien qui seront présentes lors de l'édition 2016.

Les produits venant de deux microbrasseries ontariennes avaient fait fureur lors de la dernière édition, à tel point que l'organisation a voulu en offrir davantage aux quelque 12 000 personnes attendues pour l'édition hivernale qui se déroulera les 29 et 30 janvier prochains au Musée canadien de l'histoire.

Mais la volonté a dû s'accompagner de «plusieurs mois de travail», indique le cofondateur du Festibière, Alex Van Dieren. «Il y a une certaine complexité avec l'Ontario et le Québec pour pouvoir légalement vendre des produits le temps d'un festival, explique-t-il. Donc on s'efforce de faire le travail pour avoir un maximum de bières ontariennes au Québec, mais on le fait aussi pour les bières québécoises au Brewfest à Ottawa. [...] C'est beaucoup de paperasse, mais je dirais que le Festibière est un peu un précurseur dans les barrières à traverser pour faire avancer le processus.»

Conférences en anglais

La popularité de l'événement auprès de la clientèle ontarienne fait aussi en sorte qu'une conférence en anglais a été ajoutée à celle déjà prévue en français chaque soir. Le directeur général du Festbière, Michael O'Farrell, a fait savoir que près de la moitié des visiteurs de l'édition hivernale proviennent de la rive ontarienne.

Toutes les démarches faites par le Festibière auprès de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec et de la Commission des alcools et des jeux de l'Ontario permettent donc à huit microbrasseries de l'est de l'Ontario d'obtenir une «super belle vitrine» lors de l'édition 2016, affirme Benjamin Bercier, de Cassel Brewery de Casselman.

«Depuis qu'on a commencé en 2012, les gens nous demandent si notre bière est disponible au Québec, mais on doit expliquer qu'il y a une complexité légale, raconte M. Bercier. Il y a des défis légaux de protectionnisme qui font en sorte que c'est vraiment difficile d'emmener de la bière entre l'Ontario et le Québec.»

La cinquième édition du Festibière d'hiver proposera aussi aux amateurs de houblon des bouchées gourmandes à marier aux bières. Un clin d'oeil sera fait à l'exposition Vikings du Musée canadien de l'histoire, avec «des plats réconfortants inspirés des traditions nordiques». Les autres attraits de l'événement, comme le feu de joie, la yourte, la tire sur neige et la bière chaude seront aussi de retour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer