Les opposants à Zibi déboutés par la CAMO

Le réputé architecte Douglas Cardinal était l'un des... (Martin Roy, archives LeDroit)

Agrandir

Le réputé architecte Douglas Cardinal était l'un des cinq signataires de la plainte.

Martin Roy, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les opposants au projet Zibi qui dénonçaient l'usage de terres ancestrales autochtones ont perdu une bataille, mardi. La Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO) a rejeté leur procédure en appel déposée en décembre 2014.

Dans sa décision rendue mardi, la CAMO déclare que le projet proposé par Windmill se conforme aux plans de la Ville d'Ottawa.

Les plaignants dénonçaient la décision de la Ville d'Ottawa d'accorder le changement de zonage nécessaire afin de permettre la densification résidentielle et commerciale sur 7,3 hectares «de terres ancestrales». Ils considèrent que le site des îles Chaudières et Albert est sacré et doivent revenir aux Premières Nations. Le groupe d'opposants ayant déposé une plainte à la CAMO est composé de cinq individus, dont le réputé architecte Douglas Cardinal - à qui on doit l'édifice du Musée canadien de l'histoire.

Lors des audiences préliminaires en août dernier, l'avocat de la Ville d'Ottawa plaidait que les appels déposés étaient sans fondement et devaient être rejetés par la CAMO.

«La Commission conclut que les appels [...] consistent en de simples appréhensions soulevées par les plaignants qui ne sont pas dignes du processus décisionnel de la Commission et ne méritent pas une audience complète», peut-on lire dans la décision de la Commission.

L'opposition continue

En août dernier, M. Cardinal avait laissé entendre au Droit qu'un refus de la CAMO ne signifierait pas la fin de l'opposition au projet Zibi.

De son côté, le groupe de développement Windmill accueille favorablement la décision de la Commission.

«Nous sommes heureux de constater que la Commission des affaires municipales de l'Ontario reconnaisse que la Ville et Windmill 'ont consulté et mobilisé le public et les Premières Nations, et que l'entreprise s'engage à respecter et à intégrer l'histoire et la culture autochtones aux plans de construction proposés'», a affirmé le président de Windmill, Jeff Westeinde, par voie de communiqué.

Windmill entend bâtir 3500 logements et des commerces dans le cadre du projet Zibi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer