Encore de l'espoir pour le «p'tit train»

L'Association du Train à vapeur de Wakefield estime... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

L'Association du Train à vapeur de Wakefield estime que si son projet est accepté, la locomotive 909 et ses wagons pourraient reprendre du service dès 2017.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'abandon du projet de relance du train à vapeur dans l'axe Masson-Montebello redonne espoir au groupe désirant un tracé qui relierait le secteur Wakefield de La Pêche à la carrière Morrison.

L'Association du Train à vapeur Wakefield (ATVW) souhaite rencontrer la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO) dans les plus brefs délais. Le groupe a fait parvenir une lettre à la CCFO, vendredi, afin de lui manifester son intérêt à prendre rapidement la relève dans le dossier.

Neil Faulkner, l'un des porte-paroles de l'ATVW, a indiqué qu'il demeurait confiant que le train touristique demeure en Outaouais. Il affirme qu'au moins deux investisseurs privés, qui pourraient également remplir le rôle d'opérateurs, sont intéressés à embarquer dans le projet. Les rails sont également sous la gouverne de la municipalité de La Pêche, ce qui pourrait faciliter les choses.

«Nous remplissons les critères qui étaient demandés par la CCFO. Nous avons des investisseurs privés intéressés et nous avons le support de la MRC des Collines-de-l'Outaouais et de la municipalité. Si tout va bien, on pourrait repartir le train à temps pour le printemps 2017», a-t-il mentionné.

La présidente de la CCFO, Louise Boudrias, affirme que son organisation est prête à écouter la proposition. La question sera abordée lors de la rencontre du c.a. prévue en début de semaine prochaine. Le temps presse malgré tout, dit-elle.

«On ne leur dira certainement pas non. On va les écouter, mais les enjeux sont encore les mêmes, c'est-à-dire qu'il n'y a presque plus d'argent dans les coffres de la CCFO et qu'on doit trouver quelqu'un qui sera capable de payer les frais d'entretien ces prochains mois si on trouve un projet», a-t-elle dit.

Le plan d'affaires mis de l'avant par l'ATVW proposait en février dernier un trajet approximatif de 90 minutes. Il en coûterait 5,2 millions pour rénover le réseau ferroviaire et aménager des gares entre Wakefield et la carrière Morrison, selon le document.

Tourisme Outaouais réagit

Par ailleurs, c'est par voie de communiqué que Tourisme Outaouais a réagi au lendemain de l'annonce de l'abandon du projet de relance par la Corporation du train touristique Gatineau-Montebello.

La présidente de Tourisme Outaouais, Manuela Teixeira, a rétorqué au conseiller municipal et président du comité de relance Masson-Montebello, Marc Carrière, qui demandait à Tourisme Outaouais de prendre le relais.

«D'abord, penser que Tourisme Outaouais peut jouer le rôle d'un promoteur, c'est mal comprendre son mandat», affirme Mme Teixeira.

Cette dernière répond également aux reproches lancés jeudi par M. Carrière. À ses yeux, le fait que Tourisme Outaouais n'ait pas accordé l'enveloppe de 50 000$ réclamée par le comité n'a pas aidé à faire aboutir le projet.

«Le rôle de Tourisme Outaouais, c'est d'accompagner et de collaborer avec les promoteurs qui se présentent avec un projet viable. Nous avons offert notre soutien au comité de relance en offrant notre expertise et un soutien financier. Il y a toujours eu un 50 000$ sur la table, rattaché à des conditions, parce que c'est notre responsabilité de gérer rigoureusement l'argent de nos membres et les fonds publics», a déclaré Mme Teixeira.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer