2500 enfants à nourrir le matin (en vidéo)

Le commandant de la Sûreté du Québec en... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le commandant de la Sûreté du Québec en Outaouais, Stéphane Raymond, a servi des petits déjeuners dans une école de la région, jeudi matin.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le commandant de la Sûreté du Québec en Outaouais et ses policiers serviront le petit déjeuner aux adultes, le mois prochain, pour permettre aux enfants moins fortunés d'aller en classe le ventre plein et la tête reposée.

La SQ en Outaouais a expliqué, jeudi, l'importance de la mission qu'elle s'est donnée avec le Club des petits déjeuners. «Le 20$, le 30$ que les gens donnent reste en Outaouais, indique le sergent Marc Tessier de la SQ en Outaouais. Pour mettre un club (il en existe 38 dans la région) sur pieds, ça prend 15 000$.»

L'an passé, le Déjeuner du commandant a permis d'amasser 24 000$ au profit de l'organisme.

Le commandant Stéphane Raymond et ses employés serviront les repas le 3 novembre prochain, au restaurant La Station, dans le secteur Hull.

«Ce sont 2500 enfants qui profitent des Clubs des petits déjeuners sur une base régulière», précise le sergent Tessier.

Des bénévoles à Gatineau

Par ailleurs, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a ouvert son nouveau poste de police communautaire aux Promenades Gatineau, sur le boulevard Maloney, jeudi.

L'endroit a été fermé en octobre 2014 pour permettre les travaux de rénovation majeurs du centre commercial.

«Le principe est d'aller là où se trouve le citoyen», a expliqué le directeur du SPVG, Mario Harel.

Le propriétaire des Promenades, Oxford, a investi 48 000$ dans l'aménagement de ce poste. Il ne facture aucun loyer au SPVG.

Le SPVG, qui compte 13 policiers affectés au service communautaire, a besoin de bénévoles pour l'aider à sa tâche.

Les membres du public peuvent se porter volontaires pour les programmes de surveillance et de patrouille de quartier, de sensibilisation au vol dans les voitures, de renseignements des victimes d'actes criminels, l'accueil au poste de police communautaire, d'information dans des kiosques lors d'événements publics ou la préparation du journal Prévol, publié deux fois par année.

Erratum

Une erreur s'est glissée dans certaines versions de l'édition du jeudi 15 octobre. Au lieu du titre «Un policier déchu privé du tiers de sa maison», il aurait fallu lire «Un ex-employé du SPVG privé du tiers de sa maison».

L'accusé Rock Charlebois, employé civil de la police de Gatineau, était préposé aux pièces à conviction, mais pas un agent. Nos excuses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer