Ottawa se souvient de Max Keeping

  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 1 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 2 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 3 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 4 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 5 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 6 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 7 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 8 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 9 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 10 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 11 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 12 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 13 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 14 / 15
  • Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «<i>to the Max», o</i>nt raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 15 / 15

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Max Keeping a vécu sa vie à 100 à l'heure, «to the Max», disait-il. Cette urgence de vivre lui a permis de devenir un journaliste accompli, un philanthrope infatigable et un homme de famille présent, ont raconté ses proches et amis lors d'une cérémonie en sa mémoire mardi.

Les drapeaux sont en berne, devant le Centre Canadian Tire, où plusieurs centaines de personnes sont réunies pour rendre hommage à M. Keeping, décédé le 1er octobre dernier à l'âge de 73 ans.

À l'intérieur de l'amphithéâtre, le maître de cérémonie, James Duthie, commence son allocution avec une théorie: «Nous sommes tous des amis de Max Keeping», dit-il, évoquant les multiples apparitions publiques de l'homme au fil des ans.

«C'est une simple question de mathématique», poursuit celui qui est aujourd'hui à TSN.

Max Keeping a animé le téléjournal de 18h sur les ondes de CJOH-TV - devenu CTV Ottawa - de 1972 jusqu'à sa retraite, en 2010. Durant sa longue carrière de chef d'antenne, il a aidé de nombreux journalistes à prendre leur envol. Après avoir travaillé avec «Max» de 1980 à 1993, Richard Gizbert a été engagé par le réseau américain ABC et a déménagé à Londres, où il habite toujours, travaillant aujourd'hui dans les bureaux d'Al Jazeera English.

«J'ai travaillé avec des chefs d'antenne qui font des millions par année, et qui ne mériteraient même pas de se trouver dans la même salle de nouvelles que Max Keeping», commente M. Gizbert, qui a traversé l'Atlantique pour l'occasion.

«Lorsque je donne des cours à mes étudiants de Cambridge et d'Oxford, je ne fais que transmettre les enseignements de Max, qui a abandonné son secondaire à 15 ans à Grand Bank, à Terre-Neuve. Il disait que le plus grand privilège que nous avons en tant que journalistes, ce n'est pas d'être des témoins du déroulement de l'Histoire. C'est que des étrangers viennent à nous et nous font confiance en nous racontant leur histoire. Et que nous leur devons de ne pas trahir cette confiance.»

En plus d'être un journaliste émérite, Max Keeping est devenu au fil des ans un des plus grands ambassadeurs de la Ville d'Ottawa. Il participait chaque année à plus de 250 événements caritatifs au profit de dizaines d'organismes de la région.

Il a été particulièrement impliqué au CHEO, dont une aile de l'établissement porte son nom.

M. Keeping ne se souciait pas de «redonner» à la communauté. Il détestait d'ailleurs cette expression, relate son ami, le rabbin R. Bulka. «Est-ce qu'il faut vraiment attendre de recevoir pour redonner à la communauté? N'est-ce pas plutôt le but d'être des donneurs inconditionnels?»

Un grand-papa hors pair

Malgré son horaire chargé, Max Keeping a toujours eu ses petits-enfants au centre de sa vie. Lisa Meikle-Sigouin, une de ses six petits-enfants, a toujours eu conscience que son grand-père n'était pas comme les autres. «Je ne pense pas qu'il y a beaucoup de petites-filles qui ont vu avec leur grand-père un concert, que ce soit les Rolling Stones ou 50 Cent.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer