Grande campagne pour l'église St-Joseph d'Orléans

L'abbé Maurice Dionne est confiant que la population... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'abbé Maurice Dionne est confiant que la population répondra à l'appel lancé par la paroisse, qui célébrera son centenaire en 2022.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Incendie, effritement des joints, infiltration d'eau, usage prolongé: le poids des années n'a pas épargné l'église St-Joseph d'Orléans, dans l'est d'Ottawa.

C'est pour cette raison qu'une campagne de financement de 5 millions $ sur cinq ans a été lancée, au début du mois, pour réparer la structure, bientôt centenaire, mais également pour permettre d'embellir son intérieur afin de le mettre au goût du jour.

Depuis un an, un groupe de 10 personnes travaille d'arrache-pied pour établir un plan d'action visant à donner une cure de rajeunissement à «un fier symbole du patrimoine local et francophone», afin d'assurer sa pérennité pour les générations futures. Pour ce faire, le comité directeur de la campagne «St-Joseph d'Orléans... un patrimoine à sauvegarder» cherche à «énergiser la communauté».

«Nous avons la chance d'avoir une paroisse très vivante qui compte près d'un millier de paroissiens chaque fin de semaine. Mais il s'agit d'un projet beaucoup trop onéreux pour leur demander de le financer, évoque Michel Lepage, président de comité. Nous voulons la mettre belle pour son 100e anniversaire, en 2022.»

Au menu de la prochaine année

Ainsi, une vingtaine d'activités diverses sont prévues pour la prochaine année, période de la «campagne active». On espère attirer des dons de toutes parts: paroissiens ou non, francophones et anglophones, commerçants et professionnels, écoles ou tout autre établissement. Bref, l'appel est lancé pour moderniser l'édifice.

Dans un premier temps, la maçonnerie de la structure doit être changée, elle qui se dégrade petit à petit. La date d'expiration approche rapidement. À cause des effets du gel et du dégel, il faut prévoir réparer les pierres en profondeur tous les 100 ans. Coût estimé: 2,6 millions $.

À l'intérieur, le décor a très peu changé après un incendie en 1973. Les 2,4 millions $ recherchés seront donc utilisés pour transformer l'apparence de plusieurs éléments, mais aussi pour améliorer l'accessibilité au bâtiment, l'accès aux toilettes et pour la création d'une aire d'accueil plus vivante.

«Les gens ont une nostalgie d'une église très belle dont ils étaient très fiers. Elle se doit de se refaire une beauté, soutient le père Maurice Dionne. Historiquement, l'église a été le coeur d'Orléans. Tout a évolué alentour de cette église, dont l'émergence de huit autres églises au fil des ans. Préserver le patrimoine de ce bâtiment est donc primordial.»

«Il faut dire que contrairement à nos cousins européens, nous n'avons que très peu de monuments à transmettre avec fierté», ajoute M. Lepage.

La campagne de financement va déjà bon train, même si son lancement officiel ne s'est effectué que récemment. Près de 500 000$ ont été promis depuis un an grâce à du bouche-à-oreille.

Les gens intéressés à contribuer à la cause peuvent visiter le site Web de la campagne de financement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer