La France ferme sa Veille consulaire

La Veille consulaire sert de liaison pour les... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La Veille consulaire sert de liaison pour les demandes de visas et les passeports, entre autres, depuis la fermeture des services consulaires de l'ambassade en 2005.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La France fermera la Veille consulaire au sein de l'Ambassade de France à Ottawa, en 2016, et la remplacera par un Consul honoraire à Gatineau, une fonction bénévole, qui n'offrirait que des «services extrêmement limités» aux 5000 Français vivant dans la région de la capitale nationale, déplore le conseiller consulaire français Philippe Armengau.

«Ces compressions sont très inquiétantes, car elles affecteront directement, et une fois de plus, les services consulaires offerts à la communauté française dans la région de la capitale nationale. Nous avons une ambassade, mais on peut se demander à quoi elle servira», indique M. Armengau, un conseiller consulaire français élu représentant les intérêts de la communauté française dans la région de la capitale, ainsi que de l'Ontario et du Manitoba.

M. Armengau souligne que la Veille consulaire emploie actuellement une personne et sert de liaison, notamment, pour les demandes de visas, les passeports, et pour une inscription à l'État civil, qui ne sont désormais disponibles qu'aux consulats de Toronto et Montréal depuis la fermeture des services consulaires à Ottawa en 2005.

L'annonce de la fermeture de la Veille consulaire a été confirmée par l'ambassadeur de la France à la suite de la visite d'une mission de l'Inspection des affaires étrangères, a indiqué M. Armengau.

Ce dernier avait déjà dénoncé publiquement le «désengagement consulaire et diplomatique» de la France au Canada lors de la visite de François Hollande à Ottawa, président français, en novembre 2014.

«Inadmissible», dénonce Philippe Armengau

Philippe Armengau juge «inadmissible que les services déjà très limités» offerts par la Veille consulaire ne soient plus disponibles à l'ambassade située à Ottawa.

Il souligne que la décision a déjà suscité plusieurs réactions négatives de ses compatriotes français.

«Il y a bien un service mobile offert de Toronto, mais seulement à tous les deux ou trois mois. Avec un consul honoraire, qui sera un bénévole, il n'y aura plus rien du tout», déplore-t-il.

Les compressions entraîneront également la suppression de trois autres postes au sein du Consulat général de France à Moncton. Du côté de Toronto, le consulat devrait lui aussi écoper avec des pertes d'emplois.

Dans l'ensemble, c'est une quinzaine de postes qui seront supprimés au Canada, selon M. Armengau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer