Mosaïcultures: les premières esquisses dévoilées

  • L'oeuvre <em>Si l'Outaouais m'était conté<strong> </strong></em>serait érigée directement sur l'eau. Elle rendrait hommage aux draveurs qui ont marqué l'imaginaire collectif de la région. (Courtoisie)

    Plein écran

    L'oeuvre Si l'Outaouais m'était conté serait érigée directement sur l'eau. Elle rendrait hommage aux draveurs qui ont marqué l'imaginaire collectif de la région.

    Courtoisie

  • 1 / 3
  • <em>Place de la Confédération</em> sera l'une des cinq oeuvres majeures de l'exposition. Ce sera l'une des entrées principales du parc Jacques-Cartier. (Courtoisie)

    Plein écran

    Place de la Confédération sera l'une des cinq oeuvres majeures de l'exposition. Ce sera l'une des entrées principales du parc Jacques-Cartier.

    Courtoisie

  • 2 / 3
  • Le légendaire <em>Jos Montferrand</em> s'insérera dans le paysage du parc Jacques-Cartier en 2017. Le célèbre bûcheron devrait faire entre cinq et sept mètres de haut. (Courtoisie)

    Plein écran

    Le légendaire Jos Montferrand s'insérera dans le paysage du parc Jacques-Cartier en 2017. Le célèbre bûcheron devrait faire entre cinq et sept mètres de haut.

    Courtoisie

  • 3 / 3

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On a une meilleure idée de l'envergure qu'auraient les Mosaïcultures internationales de Gatineau en 2017. LeDroit dévoile aujourd'hui les trois premières esquisses des oeuvres que préparent la directrice Lise Cormier et son équipe.

L'objectif de cette édition spéciale des Mosaïcultures - si le gouvernement fédéral accepte le plan d'affaires de cette organisation dont la réputation dépasse largement les frontières canadiennes - est de devenir l'«événement fédérateur» à ne pas manquer lors du 150e de la Confédération canadienne. Le plan officiellement présenté au gouvernement propose une refonte complète du parc Jacques-Cartier, à Gatineau.

Une centaine d'oeuvres ont franchi l'étape de la table à dessin. Cinq sont d'envergure «majeure», précise Mme Cormier. L'une d'entre elles, que nous publions aujourd'hui, se nomme Place de la Confédération et agira comme entrée principale du parc. Les oeuvres que les Mosaïcultures qualifient de «moyenne» envergure feront pour la plupart plus de cinq mètres. Ces pièces, au nombre d'environ 75, formeront la majorité de l'exposition.

Le légendaire Jos Montferrand pourra rayonner à l'international. Lise Cormier lui a réservé une place de choix dans son exposition, tout comme elle le fait pour les draveurs, une autre source de fierté régionale. Ces derniers seront exposés directement sur la rivière des Outaouais, sur une immense plateforme installée près du pont Cartier-Macdonald.

La construction d'un pont couvert végétal est prévue sur les berges de la rivière. Un train électrique est proposé pour faciliter la mobilité sur l'immense site.

L'histoire du Canada, la Confédération, les Premières Nations et tous les peuples fondateurs qui ont contribué au développement du Canada, comme la France, l'Angleterre et la Chine, si importante pour la construction du chemin de fer, sont tous des thèmes qui ont servi d'inspiration à l'équipe de créateurs des Mosaïcultures.

Trois oeuvres majeures

Place de la Confédération

C'est l'une des cinq oeuvres majeures de l'exposition. Ce sera l'une des entrées principales du parc Jacques-Cartier.

La façade qu'on voit sera une réplique du parlement de l'Île-du-Prince-Édouard, à Charlottetown, l'un des bâtiments les plus significatifs au pays.

Province House a été le théâtre des premières discussions qui ont conduit à la Confédération canadienne. Le bâtiment recouvert de végétaux fera 40 pieds de haut, par 100 pieds de long. À l'intérieur de cette structure qui supportera le tout sera intégrée la billetterie, ainsi qu'une boutique souvenir.

Dès que les visiteurs auront traversé ce bâtiment, ils se retrouveront au centre d'une cour circulaire, entouré d'une immense palissade sur laquelle seront alignées les armoiries des provinces et territoires canadiens. Ces blasons, tout en fleurs, feront plus de 25 pieds de haut. La directrice générale des Mosaïcultures internationales, Lise Cormier, estime que cette oeuvre prendra à elle seule «plusieurs mois» à réaliser.

Jos Montferrand

La thématique des Mosaïcultures sera inévitablement tournée vers la grande histoire du Canada, les différentes cultures qui l'ont fait et continuent de la faire, mais aussi vers ses légendes, vraies ou fausses. C'est ainsi que le légendaire Jos Montferrand s'insérerait dans le paysage du parc Jacques-Cartier en 2017.

Le célèbre bûcheron devrait faire entre cinq et sept mètres de haut. «C'était important d'entrer aussi dans l'histoire de la région, affirme Lise Cormier. La thématique, c'est le Canada, mais aussi Gatineau et l'Outaouais. Il fallait souligner Jos Montferrand.»

Cette sculpture devrait prendre environ un mois à confectionner.

Si l'Outaouais m'était conté

L'occasion d'utiliser la rivière des Outaouais était trop belle pour la laisser filer. Au moins une des oeuvres des Mosaïcultures internationales de Gatineau en 2017 serait érigée directement sur l'eau. Elle rendrait hommage aux draveurs qui ont marqué l'imaginaire collectif de la région.

Les sculptures seraient installées sur une immense plateforme située à proximité du pont Cartier-Macdonald. Elle serait accessible grâce à la construction d'une passerelle sur la berge.

Lise Cormier précise que l'organisation s'est adjoint un comité historique pour l'aider dans le développement de l'exposition. «Le but, c'est aussi que le visiteur apprenne quelque chose, dit-elle. Chaque oeuvre aura un panneau expliquant ce qui est représenté.»

Le multimédia, une première mondiale de création gatinoise

Chaque exposition des Mosaïcultures doit rivaliser d'ingéniosité et être plus spectaculaire que la précédente, affirme la directrice générale de l'organisation, Lise Cormier. «Notre but, c'est aussi de faire évoluer cet art», dit-elle.

Pour la première fois de son histoire, les Mosaïcultures intégreront des éléments multimédias à son exposition.

Mme Cormier se garde bien de dévoiler quelle forme prendra cette nouveauté, mais elle assure que ce sera entièrement de création gatinoise. «Ça, on prend ça chez vous c'est sûr», a-t-elle lancé, en ajoutant que Gatineau regorgeait de talents dans ce domaine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Premières esquisses des Mosaïcultures
    L'oeuvre <em>Si l'Outaouais m'était conté<strong> </strong></em>serait érigée directement sur l'eau. Elle rendrait hommage aux draveurs qui ont marqué l'imaginaire collectif de la région. (Courtoisie)

    Courtoisie

    L'oeuvre Si l'Outaouais m'était conté serait érigée directement sur l'eau. Elle rendrait hommage aux draveurs qui ont marqué l'imaginaire collectif de la région.

  • Premières esquisses des Mosaïcultures
    <em>Place de la Confédération</em> sera l'une des cinq oeuvres majeures de l'exposition. Ce sera l'une des entrées principales du parc Jacques-Cartier. (Courtoisie)

    Courtoisie

    Place de la Confédération sera l'une des cinq oeuvres majeures de l'exposition. Ce sera l'une des entrées principales du parc Jacques-Cartier.

  • Premières esquisses des Mosaïcultures
    Le légendaire <em>Jos Montferrand</em> s'insérera dans le paysage du parc Jacques-Cartier en 2017. Le célèbre bûcheron devrait faire entre cinq et sept mètres de haut. (Courtoisie)

    Courtoisie

    Le légendaire Jos Montferrand s'insérera dans le paysage du parc Jacques-Cartier en 2017. Le célèbre bûcheron devrait faire entre cinq et sept mètres de haut.