Le berceau de l'élite hulloise canadienne-française

Avec l'église Notre-Dame, qui a été incendiée en... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Avec l'église Notre-Dame, qui a été incendiée en 1971, le secteur jouait le rôle de berceau de la vie paroissiale catholique de Hull.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'histoire fait parfois drôlement les choses. Le quartier du musée a été le lieu de résidence des premiers nouveaux riches sur l'Île-de-Hull. Ces derniers ont fait fortune dans l'immobilier. Ils étaient architectes, menuisiers et constructeurs de la majorité des maisons dans le secteur et des édifices publics de l'époque. Ce même quartier est aujourd'hui ciblé par l'un des plus importants promoteurs immobiliers des dernières générations dans la région pour la construction d'une tour de 55 étages. Résidents actuels du quartier et défenseurs du patrimoine s'inquiètent des impacts que pourrait avoir le projet de Gilles Desjardins sur ce que l'Île-de-Hull a de plus authentique comme patrimoine bâti.

Au tournant des années 1850, Hull amorce une transformation considérable. Les politiques commerciales de l'Angleterre changent et forcent le Canada à entrer en concurrence avec l'Europe et les États-Unis pour le commerce du bois. Des scieries sont construites. C'est le début de l'industrialisation aux abords de la rivière des Outaouais. Des hommes en quête d'un travail affluent de partout avec leur famille.

Jusque-là, la hiérarchie sociale n'est pas encore établie à Hull. Les riches ont des pauvres comme voisins, mais cette mentalité particulière à toute nouvelle société tire à sa fin. La construction domiciliaire pour répondre aux besoins de cette nouvelle main-d'oeuvre sédentaire donne naissance aux premiers véritables quartiers ; le « upper village », qui se trouvait aux alentours de la promenade du Portage et le long de la rue Montcalm, et le « lower village », dans le secteur des rues Hôtel-de-Ville, Maisonneuve, des Allumettières et Laurier, endroit que l'on nomme aujourd'hui, le « quartier du musée ».

Le boum démographique est tel que Hull devient la troisième ville en importance au Québec.

L'historienne Michelle Guitard raconte que c'est à cette époque que Hull assiste à la naissance de sa première élite canadienne-française et que c'est dans le quartier du musée que cela survient. Une grande partie du quartier a été construite vers 1875. « C'est le lieu de résidence de personnalités marquantes dans tous les domaines, que ce soit l'art, le commerce, la politique, l'éducation, l'architecture et les sciences », note Mme Guitard. Avec l'église Notre-Dame, qui a été incendiée en 1971, le secteur joue aussi le rôle de berceau de la vie paroissiale catholique de Hull.

Mais une chose saute aux yeux en analysant la première génération de propriétaires dans le quartier du musée. C'est le quartier des promoteurs immobiliers et entrepreneurs en construction de l'époque. Tous ceux qui ont fait fortune dans le domaine de la construction en profitant de la manne apportée par le développement domiciliaire de Hull y résident.

L'étude menée par Mme Guitard en 1997 révèle que des 122 propriétaires individuels de la première génération du quartier du musée, 56 oeuvraient dans le domaine de la construction. L'historienne note au passage Joseph Bourque qui a construit nombre d'édifices publics dans la région et ailleurs au Canada. Ou encore Joseph Fournier, menuisier très connu à qui nous devons de nombreuses maisons sur l'Île-de-Hull, notamment dans le quartier du musée. L'architecte Charles Brodeur, qui a dessiné les plans de dizaines d'églises au Québec au tournant du xxe siècle, est aussi un résident du quartier.

« C'était carrément un quartier d'architectes, d'entrepreneurs en construction, d'artisans et de menuisiers, précise Mme Guitard. Ces gens travaillaient ensemble et se sont tous établis dans ce quartier. Certaines de ces personnes n'avaient pas beaucoup d'argent en arrivant à Hull, mais ils ont connu beaucoup de succès et ont fait fortune. »

Des personnages politiques sont aussi nombreux à avoir élu domicile dans ce quartier, dont les maires Adolphe Rochon, Joseph Bourque et Isaïe Richer, tout comme le fera plus tard, Alexandre Tâché, président de l'Assemblée nationale et député de Hull. Des familles de commerçants comme les Pilon et Baillot ont aussi habité l'endroit. Les Pharand et les Sanche représentaient dignement les milieux culturels.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer