Décollages réussis au FMG

Les ballons ont enfin pu s'envoler, vendredi, grâce... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les ballons ont enfin pu s'envoler, vendredi, grâce à la clémence de dame Nature.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Festival de montgolfières de Gatineau (FMG) peut officiellement porter son nom sans passer pour un imposteur. Vendredi, les ballons ont pris leur envol deux fois plutôt qu'une.

Jeudi, les aéronefs gonflables n'ont pu être envoyés dans le ciel de la région de la capitale nationale. Dame Nature s'est bien reprise vendredi en offrant les conditions météo idéales pour l'envolée médiatique du matin et pour celle du soir.

Le site étant fermé au public pour l'envolée médiatique, les festivaliers devront toutefois patienter avant de voir s'envoler les ballons aux formes spéciales - comme Super FMG, Angry Bird et T-Rex. Celles-ci sont restées au sol vendredi soir pour l'illumination nocturne (spectacle qui sera aussi présenté dimanche soir).

Si on se fie aux prévisions météorologiques, l'attente pourrait être de courte durée. Selon Environnement Canada, le soleil sera de la partie toute la fin de semaine. Quelques passages nuageux et de faibles probabilités de précipitations sont sur les radars pour dimanche.

«Les prochains jours, ce qu'on annonce, c'est inespéré pour nous. Pour les festivaliers, c'est idéal. Pour les montgolfières, il reste les autres facteurs comme les vents, tempère le directeur général intérimaire du FMG, Dan Gay. [S'il pleut], au départ, tu peux le savoir qu'il n'y en aura pas [d'envolée]. Avec un ciel bleu, ça donne toutes les chances.»

Si tout se passe comme prévu, M. Gay s'attend à ce que le festival dégage des revenus intéressants. Avec les difficultés financières de la dernière année, cela tombe à point pour l'organisation.

Le déficit accumulé a forcé les organisateurs du FMG à revoir leur stratégie. Des compressions ont été faites dans les dépenses cette année. Dan Gay et son équipe ont donc mis en place des changements pour que les revenus de l'événement soient moins dépendants de la température.

Notamment, la scène familiale est désormais logée sous un chapiteau. Ainsi, beau temps ou mauvais temps, les enfants pourront assister aux spectacles des Argonautes, des Petites Tounes et de Shilvi (pour ne nommer que ceux-là), tout en restant bien au sec.

Même sous un ciel dégagé, le chapiteau présente l'avantage d'offrir aux familles un répit du soleil plombant.

«Le facteur le plus déterminant est le moins contrôlable, c'est la température. Si on revient à notre situation financière cumulative, quand on regarde nos années précédentes, le succès est tributaire de la température», explique le directeur général intérimaire du FMG.

Hommes forts et humour

Dès samedi, la compétition d'athlètes de force commencera sous sa nouvelle formule par équipe. L'événement sera aussi marqué par le retour en action de l'homme fort gatinois Jessen Paulin.

Ce soir, le FMG mise sur une brochette d'humoristes (Peter MacLeod, François Massicotte, Réal Béland, Mariana Mazza et Martin Vachon), ainsi que sur le groupe de comédiens québécois Brothers' Sessions afin d'attirer les masses au parc de la Baie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer