Guillaume Carle s'adresse à la communauté internationale

Guillaume Carle... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Guillaume Carle

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Soutenant avoir 50000 membres derrière lui, le chef de la Confédération des peuples autochtones du Canada, Guillaume Carle, veut s'adresser à la communauté internationale afin que les Premières Nations retrouvent la pleine propriété de toutes les terres de l'Outaouais.

Son groupe, qui s'oppose au projet de construction Zibi, de Windmill, veut que l'État cède les terres aux autochtones. Il compte d'ailleurs envoyer «des documents» à l'Organisation des Nations unies.

Le projet immobilier d'un milliard de dollars prévoit des immeubles résidentiels et des commerces. Les îles Chaudières et Albert font partie des plans des promoteurs.

«Les villes d'Ottawa et de Gatineau doivent prouver à qui appartiennent ces territoires en présentant des titres officiels», selon lui.

Lui et Roger Fleury, un Gatinois qui s'est opposé aux travaux de réfection près de la rue Jacques-Cartier en prétextant la nature sacrée de ce site, veulent réunir des autochtones sur l'île Victoria, sur la rivière des Outaouais, dimanche.

M. Carle a même tenté de faire un parallèle entre ce projet et la crise d'Oka, né d'un conflit autour de l'agrandissement d'un terrain de golf à l'été 1990.

M. Fleury est candidat du Parti vert aux élections fédérales dans Hull-Aylmer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer