Les belles bagnoles s'exhibent à l'Auto-Show

Encore une fois, les beaux bolides ont attiré un grand nombre de personnes ce... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Encore une fois, les beaux bolides ont attiré un grand nombre de personnes ce week-end au parc des Cèdres. L'Auto-Show de Gatineau a de nouveau réuni les passionnés d'automobile de la région.

L'amour des voitures est évidemment lié, pour plusieurs de ces passionnés, au besoin d'adrénaline et d'émotions fortes. Ou encore au besoin d'affirmer son identité. La passion automobile rejoint également les bricoleurs dans l'âme, les véritables patenteux.

Marco Bélanger en est certainement un bon exemple. Ferblantier de métier, il affirme avoir possédé 157 voitures dans sa vie. Bien souvent, il achète les bolides vieux et usés et les remet en état de rouler. Il a fini par vendre la presque totalité de ces véhicules. «Je ne cherchais jamais vraiment à vendre mes voitures, mais la plupart du temps, c'est que tout le monde voulait les avoir. On m'achalait assez que je finissais par les vendre, puis je recommence.»

Son plus récent jouet, une Smart, a été transformée en véritable bombe, notamment grâce à l'installation d'un moteur de motoneige. Dans une course d'accélération, le petit véhicule a réussi à parcourir le quart de mile en 10,61 secondes.

«Mon objectif, c'était d'avoir un temps en bas de 12 secondes, explique M. Bélanger. Mais maintenant, je pense qu'avec certaines petites modifications, je peux atteindre un temps dans les neuf secondes.»

Ambitieux, il testera sa théorie dans deux semaines, lors d'une course à Napierville, après avoir exhibé la voiture ce week-end à l'Auto-Show de Gatineau.

Polir son joyau

Marco Bélanger a tenté plusieurs expérimentations au fil des années. À l'opposé, un autre adepte de beaux bolides, David Lacroix, a effectué d'importants travaux sur une seule voiture, sa Caprice Classic 1967.

La voiture appartenait à son frère et il lui a racheté il y a une dizaine d'années. Un rêve d'enfance, selon le principal intéressé.

Depuis, M. Lacroix n'a pas ménagé temps et argent pour faire du bolide une véritable pièce de collection. «J'ai probablement dépensé 200000$ sur cette voiture, tout est neuf, sauf le moteur qui est d'origine», explique-t-il.

Contrairement à la plupart des bricoleurs comme lui, pas question pour M. Lacroix de vendre sa voiture qui est devenue un joyau familial. On lui offrirait un million de dollars que la réponse serait tout de même «non», affirme-t-il.

«Je la place à vendre à l'occasion pour voir combien on l'évalue et ce que les gens ont à dire, mais j'en déçois plusieurs parce que je n'ai aucune intention de la vendre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer