Entente de principe entérinée au Droit

À l'issue de trois mois d'intenses négociations, la majorité des membres de 16... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'issue de trois mois d'intenses négociations, la majorité des membres de 16 des 17 unités syndicales des six quotidiens du Groupe Capitales Médias (GCM), dont fait partie LeDroit, ont entériné ces derniers jours l'entente de principe intervenue avec le nouvel employeur à la mi-juillet. Une entente d'une durée de quatre ans qui s'échelonnerait jusqu'en 2018.

Une dernière rencontre doit avoir lieu avec des syndiqués de La Voix de l'Est aujourd'hui. Les syndiqués du Soleil, du Nouvelliste, de La Tribune et du Quotidien se sont dans une large proportion prononcés en faveur des lettres d'entente, tout comme ceux du Droit, représentés par le Syndicat des travailleurs de l'information (STID), le Syndicat des employé-es de bureau et le Syndicat des conseillers en publicité, et dont la convention collective était échue depuis le 31 décembre dernier.

Selon la présidente du STID, Valérie Lessard, le front commun formé depuis le début de l'année par les 17 unités syndicales, chapeautées autant par la CSN que la FTQ, est un phénomène rarement vu.

« C'est l'aboutissement de trois mois de travail concerté entre les 17 unités réunies autour de la même table avec l'employeur. À ce chapitre-là, c'est un pari qui a été relevé avec brio. [...] On considère avoir établi les bases d'un partenariat qui nous laisse entrevoir un avenir plus prometteur avec notre nouvel employeur », dit-elle.

Selon Mme Lessard, l'entente de principe conclue avec GCM le 16 juillet dernier devrait permettre entre autres à chacun des journaux d'assurer sa pérennité et de consolider son propre marché.

« On a pu travailler de façon conjointe à trouver des solutions pour nous permettre d'entreprendre le virage technologique qui nous attend, et ce, dans les meilleures conditions possibles. Nous sommes dans une ère de changements, on a encore d'importants défis à relever », ajoute-t-elle.

En poste depuis un mois, le président-éditeur du Droit, Pierre-Paul Noreau, se réjouit que les employés du quotidien de la rue Clarence aient voté pour l'entente de principe.

« Je ne suis pas du tout surpris, je suis cependant très heureux de ce dénouement, forcément. Ma lecture de tout ça, c'est que tant les employés que les patrons veulent faire de GCM un succès. Je pense que les gens savent qu'il faut se serrer les coudes, car le monde des médias est dans un contexte vraiment particulier, difficile. On n'a pas besoin de se le cacher. Le nouveau propriétaire (Martin Cauchon) est emballé par le défi, il a des projets sur la table, alors je crois que les gens veulent donner la chance au coureur et y mettent du sien », soutient-il, rappelant que LeDroit est ancré depuis 102 ans dans l'Est ontarien et en Outaouais.

Par voie de communiqué, M. Cauchon a réagi à la nouvelle mardi soir. « Ces négociations ayant débuté le 16 avril, je félicite l'engagement des équipes à en être parvenu à un résultat aussi rapide. Ceci démontre que nous amorçons une réelle ère de partenariat dans les relations avec nos employés et que nous partageons le même but, celui de faire de Groupe Capitales Médias la référence en information de qualité et de proximité au Québec », a-t-il indiqué.

De son côté, le pdg de GCM, Claude Gagnon, affirme que l'entente de principe prévoit plusieurs changements de fond pour l'ensemble des médias concernés, ce qui permettra le déploiement d'un nouveau modèle d'affaires dans les prochains mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer