Un voyage spirituel qui dure depuis 141 ans

Le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré, Jean-Luc Fortin, affirme que... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré, Jean-Luc Fortin, affirme que les visiteurs proviennent de près de 40 pays pour assister à la grande neuvaine en l'honneur de sainte Anne.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une tradition vieille de 141 ans se poursuit encore cette année, alors que plus de 600 chrétiens en provenance des diocèses d'Ottawa, Gatineau, Pembroke, Mont-Laurier, Alexandria-Cornwall et Kingston quitteront la capitale en vue d'un pèlerinage à Sainte-Anne-de-Beaupré et Trois-Rivières, les 8 et 9 août prochains.

C'est en 1874, le 30 juillet plus précisément, que s'est tenu ce premier pèlerinage inspiré du rêve de MgrJoseph Eugène-Bruno Guigues, oblat de Marie Immaculée et premier évêque d'Ottawa, ainsi que de son successeur, MgrThomas Duhamel.

La première édition a attiré de nombreux prêtres d'Ottawa et de partout à travers le Québec. À l'époque, les pèlerins d'Ottawa devaient prendre le train vers Montréal, pour ensuite monter à bord d'un bateau afin de poursuivre leur chemin jusqu'au sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré.

Aujourd'hui, c'est une dizaine d'autobus qui conduisent les pèlerins vers les lieux de culte.

Un voyage spirituel

Depuis près de 30 ans, Sylvia Soucie s'implique dans l'organisation du pèlerinage à titre de chef d'autobus. Tout au long du parcours, elle s'occupe de l'animation.

À son avis, le trajet en autobus est aussi énergisant que la visite au sanctuaire. «Nous prions et chantons tout au long. On joue même au bingo, ajoute Mme Soucie en riant. Parfois, c'est triste aussi parce que le temps passe tellement vite. Et quand on arrive à Sainte-Anne-de-Beaupré, on ressent cette chaleur impossible à expliquer. Il faut le vivre pour comprendre», confie la dame de Fort-Coulonge.

Un autre pèlerin, l'Ottavien Micheal Budge, agira à titre de coordonnateur principal de l'événement pour une 11e année. En 2004, il a pris le flambeau de l'événement après y avoir songé pendant quatre ans.

«Au départ, je n'étais pas prêt à accepter une si grande responsabilité. Pour y avoir participé, en 1974, alors que je n'avais que 10 ans, le pèlerinage a toujours été d'une grande importance pour moi», a expliqué l'homme natif de Maniwaki.

Avant qu'il ne prenne les rênes de l'événement en 2004, l'organisation du transport et de la location de chambres avait été confiée à une agence de voyages. Le nombre de participants avait alors passablement diminué. Lors du pèlerinage de 2000, 25 autobus prenaient le départ vers Sainte-Anne-de-Beaupré. En 2004, il n'y en avait plus que cinq, et encore.

«C'était devenu une question d'argent, selon moi. On ne reconnaissait plus le pèlerinage que l'on avait connu», croit Michael Budge.

Aujourd'hui, il est heureux de constater que le nombre de participants a doublé depuis son arrivée comme organisateur principal. Chaque année, ajoute-t-il, le pèlerinage attire d'ancien et des nouveaux visages.

Les personnes qui désirent se joindre au pèlerinage ou qui veulent en apprendre davantage peuvent visiter le site Internet www.sanctuairesainteanne.org.

Mbrunette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer