Des concierges envisagent la grève

Les concierges du secteur privé d'Ottawa ont en main un mandat de grève et ils... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les concierges du secteur privé d'Ottawa ont en main un mandat de grève et ils n'écartent pas la possibilité de l'utiliser dès cette semaine. Des lignes de piquetage pourraient être mises en place dès jeudi si les négociations n'avancent pas et les immeubles gouvernementaux seront aussi touchés.

Sans contrat de travail depuis juin dernier, les 2500 membres de l'Union internationale des employés des services (UIES) dénoncent leurs conditions de travail. Ils réclament un salaire plus élevé et des avantages sociaux. Près du tiers des nettoyeurs travaillent dans des immeubles appartenant au gouvernement fédéral, comme des musées ou des tours à bureaux. Le regroupement demande au fédéral de réviser sa Stratégie nationale du service de nettoyage et d'entretien, car elle contribue à maintenir les nettoyeurs dans la pauvreté.

À l'heure actuelle, la plupart des concierges gagnent 11,50$ de l'heure. Ils demandent d'augmenter leur salaire à 15$ de l'heure.

«On voit des gens qui vont couper dans leur épicerie pour avoir les moyens d'acheter des billets d'autobus pour se rendre au travail. D'autres ont deux ou même trois jobs en même temps. Ça crée un effet domino sur leur santé. Même l'employeur n'a rien à gagner en gardant ce niveau de salaire», constate Lyne Giard, membre de la section locale 2 de l'UIES.

Les négociations entre les deux parties doivent reprendre jeudi. Si elles achoppent, les syndiqués pourraient procéder à des grèves tournantes.

Sbranch@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer