La ferme Moore reprendra bientôt vie

L'un des responsables de la Coopérative de solidarité... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'un des responsables de la Coopérative de solidarité de la ferme Moore, Sylvain Bertrand, ainsi que le premier dirigeant de la CCN, Mark Kristmanson, lors de la signature hier du bail qui prendra fin en 2020.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Des fruits et des légumes cultivés sur place, une vitrine pour des produits locaux, un café et des salles pour la formation: les projets ne manquent pas pour le nouveau Centre d'écologie et d'agriculture urbaine de Gatineau, qui viendra redonner vie au secret le mieux gardé de l'Outaouais, le domaine de la ferme Moore.

«Il s'agit d'une propriété unique avec un grand potentiel de reconnecter nos communautés urbaines avec la terre. Le projet s'élève à ce potentiel en rendant la propriété accessible au public, en particulier les jeunes agriculteurs en herbe, tout en préservant le caractère patrimonial de ce joyau de la capitale nationale», a indiqué le premier dirigeant de la Commission de la capitale nationale (CCN), Mark Kristmanson, lors de la signature d'un bail de cinq ans avec les responsables de la Coopérative de solidarité de la ferme Moore, mardi.

Les responsables de la coopérative, Sylvain Bertrand et Claude Sirois, ont affirmé réaliser un «rêve», après avoir travaillé sur ce projet pendant plusieurs années.

La coop a déjà certains appuis financiers, notamment pour l'embauche d'un coordonnateur. Selon le conseiller du district Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin, la Ville de Gatineau devrait annoncer une contribution d'ici quelques semaines.

Les responsables comptent sur la location des lieux à divers partenaires et la vente de produits pour financer le projet.

«L'expertise des partenaires que nous avons réunis nous permettra de faire du Centre le chef-lieu de l'agriculture urbaine et du développement durable de la Ville de Gatineau. De plus, il constituera une vitrine unique pour les meilleurs producteurs et produits de l'Outaouais», a indiqué le président de la coop, Sylvain Bertrand, lui-même agriculteur et agronome de formation. Ce dernier a rappelé l'importance de ce projet pour aider les jeunes agriculteurs de la région qui se heurtent aux défis de l'accès au fond de terre et à la commercialisation de leurs produits.

Pour l'instant, le bail avec la CCN - dont le montant n'a pas été divulgué, mais qui prévoit un «loyer progressif» - permettra à la coopérative d'établir les bases de divers partenariats pour exploiter le domaine.

En plus de diverses cultures maraîchères et ornementales, le nouveau centre veillera à assurer la pérennité de la terre agricole et de ses attraits paysagers, dans le respect du voisinage. Des activités éco-éducatives et de recherche sont aussi prévues. Le conseil de la coop souhaite rencontrer les divers partenaires avant d'en dire plus.

La ferme Moore.... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

La ferme Moore.

Patrick Woodbury, LeDroit

Mettre les lieux en valeur

Lors de la visite des lieux, le porte-parole de la coopérative, Claude Sirois, a indiqué qu'en plus des divers aménagements prévus dans l'écurie, on souhaite éventuellement occuper la grange. «Puisque le grand bâtiment n'est pas isolé, il serait possible, par exemple, d'y construire de petits bâtiments, ou même d'y installer des conteneurs qui permettraient diverses activités, comme la réparation de vélos, ou même une distillerie», a mentionné M. Sirois.

Sur le domaine, M. Sirois a aussi évoqué la possibilité de planter diverses espèces de plantes indigènes et d'avoir des ruches. Il faudra avant toute chose convaincre les autorités municipales, puisque c'est interdit à Gatineau, a reconnu M. Sirois.

Le domaine pourrait faire partie des sites qui seront mis en valeur dans le cadre du 150anniversaire du pays, en 2017.

Les bâtiments, datant des années 1910, avaient été légués au gouvernement canadien en 1973 par Virginia Parker Moore, à condition que le domaine reste accessible au public. La CCN y a investi plusieurs millions de dollars pour les rénover.

Partager

À lire aussi

  • Patrick Duquette | Une sorte de miracle

    Patrick Duquette

    Une sorte de miracle

    On le sait, il est plus rentable de planter des maisons que de faire pousser des légumes à Gatineau. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer