Derniers adieux au frère Lapointe

La communauté franco-ontarienne a fait ses derniers adieux... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La communauté franco-ontarienne a fait ses derniers adieux au frère Lapointe, qui a consacré sa vie à l'éducation francophone dans la province.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La tristesse était palpable malgré l'atmosphère sereine qui régnait, samedi matin, en l'église Sacré-Coeur pour les funérailles du frère Maurice Lapointe, décédé la fin de semaine dernière.

Ce n'est évidemment pas de gaieté de coeur que les proches du frère Lapointe, ainsi que l'ensemble de la communauté franco-ontarienne, ont fait leurs derniers adieux à cet homme qui a consacré sa vie à l'éducation francophone en Ontario.

La ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario, Madeleine Meilleur, le député fédéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, le chef de cabinet du maire d'Ottawa, Serge Arpin, ainsi que le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Denis Vaillancourt, n'étaient que quelques-uns des leaders de l'Ontario français présents aux obsèques.

La cérémonie, officiée par le père Pierre-Olivier Tremblay, a été concoctée à l'image du défunt. Les témoignages de foi chrétienne étaient au centre de ces adieux, tout comme les messages d'espoir qui invitent à la persévérance.

Le père Tremblay a récité un extrait de l'Apocalypse de Jean, où le Saint décrit l'arrivée de la Jérusalem future, d'une nouvelle «cité sainte». Pour le prêtre, il s'agissait d'un texte qui représente bien l'oeuvre du frère Maurice Lapointe.

«Ça nous rappelle que le monde dans lequel nous sommes, on a encore à y travailler. Nous ne sommes pas appelés à quitter ce monde, nous sommes appelés à y vivre et à y être des agents de transformation. C'était au coeur de l'oeuvre de Maurice Lapointe, il avait la foi en un monde meilleur», affirmait le père Pierre-Olivier Tremblay lors de son sermon.

Un ami du frère Maurice Lapointe, Rhéal Sabourin, a également pris la parole lors de la cérémonie pour présenter l'homme qu'il était dans l'intimité. Il a brossé le portrait d'un homme fidèle envers ses amis, ses proches, sa communauté et sa foi.

La petite chapelle de l'église Sacré-Coeur était bondée lors de la cérémonie, un témoignage en soi de l'appréciation de la communauté franco-ontarienne à l'endroit du frère Lapointe.

Un mot du défunt

En prévision de ses funérailles, le frère Maurice Lapointe avait laissé quelques mots à l'intention de ses proches et des gens rassemblés pour lui rendre un dernier hommage. Voici ce qu'il tenait à partager.

***

Le temps d'une vie...

J'ai été béni d'avoir une mère exceptionnelle, une grande famille aimante et des éducateurs hors pair.

J'ai aimé la paroisse de la cathédrale d'Ottawa où est née ma vocation et celle du Sacré-Coeur qui a vu grandir ma foi.

J'ai grandi sur les plans humains et spirituel en interaction avec les membres de ma famille religieuse.

J'ai cherché à m'acquitter des responsabilités qu'on m'a confiées dans un esprit de service aux autres.

J'ai beaucoup médité et prié, bercé par la musique que je ne pratiquais pas mais que j'aimais passionnément.

J'ai recherché avidement les livres, surtout ceux, comme Le milieu divin de Teilhard de Chardin offert par ma mère, qui permettent de retrouver Dieu en soi.

J'ai été comblé par tous ces parents qui m'ont permis d'aimer leurs enfants comme s'ils étaient les miens.

J'ai eu la chance de pouvoir compter sur quelques grands amis dont la seule présence suffisait à me faire du bien.

J'ai connu le réconfort d'être accompagné dans la maladie à la Résidence De La Salle par des personnes aux qualités humaines remarquables.

Enrichi et transformé, je suis parti à la rencontre de Celui que j'ai toujours porté au plus profond de moi.

Laudate Dominum (NDLR: «Louangez le Seigneur», en latin).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer