Des prouesses aériennes déchirent le ciel gatinois

Le petit Thams-Alexandre Banks, âgé de deux ans,... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le petit Thams-Alexandre Banks, âgé de deux ans, observe le passage du CF-18 dans les airs sur le tarmac de l'aéroport de Gatineau.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le temps de quelques heures, on aurait cru que tout le monde était retombé en enfance mardi sur le tarmac l'aéroport de Gatineau.

Les yeux rivés vers le ciel, le sourire aux lèvres et parfois les mains collées sur les oreilles tellement le bruit était assourdissant, environ 10 000 personnes sont venues assister à des acrobaties aériennes à couper le souffle des Snowbirds et du CF-18 Hornet, entre autres.

Les gens rencontrés par LeDroit semblaient unanimement avoir apprécié leur expérience haute en décibels. 

«J'avais les larmes aux yeux, j'étais tellement impressionnée par le bruit et l'ambiance. Mon père était colonel, peut-être que ça m'a fait penser à lui. [...] Jamais je n'avais vu les Snowbirds d'aussi près et on entendait très bien les commentaires et la musique grâce aux hauts-parleurs. J'ai tout aimé», a lancé la Gatinoise Lucie Mousseau, qui a profité de la journée avec son conjoint et ses petits-enfants Maxime et Samuel.

Résident de Vaudreuil-Dorion et pur passionné d'aviation, Gilles Talbot en était à sa première fois à l'événement et il compte bien y revenir dans le futur.

«On a bien aimé ça, nous sommes arrivés juste à temps pour voir le CF-18 en action. C'est bien organisé comme événement», a-t-il dit.

Il n'y a pas à dire, à voir l'imposante foule sur le site et la longue filée d'automobilistes dans le stationnement (un bouchon de circulation s'est formé momentanément sur l'autoroute 50), la popularité du spectacle aérien organisé par les Ailes d'époque du Canada ne s'essouffle pas. En prime, Dame nature n'a pas joué les trouble-fête.

De quoi satisfaire les organisateurs, qui avaient décidé de faire une pause l'an dernier pour une question de logistique. La fondation avait alors décidé de concentrer ses énergies sur le Sommet Hadfield, lors duquel des centaines de jeunes ont pu rencontrer plusieurs invités de renom dont l'astronaute et commandant de la Station spatiale internationale à la retraite Chris Hadfield. Les aéronefs du spectacle alors appelé «Gatineau en vol» n'avaient donc pas décollé.

Cette fois, profitant de la présence des Snowbirds en ville à la veille des festivités du 1er juillet, les Ailes d'époque ont combiné les deux activités. 

En matinée, 600 ados ont entendu les témoignages teintés d'espoir de M. Hadfield, de l'ex-premier ministre du Canada Jean Chrétien et de la Lieutenant-Colonel à la retraite Maryse Carmichael dans le cadre du 2e Sommet Hadfield, avant que le public ne prenne d'assaut le hangar et le tarmac pour les expositions des avions d'époque ainsi que les prestations dans les airs. 

«Ça été un succès, surtout que dans le passé on organisait l'événement les week-ends. On ne s'attendait pas à ça, mais il semble avoir un engouement pour les spectacles aériens. [...] La météo nous a donné la frousse un peu, mais on a surveillé le radar tout l'après-midi et on dirait que les orages nous ont contourné, se dirigeant vers le nord», a commenté le porte-parole des Ailes d'époque, Carl Martin. 

Aucune date n'a encore été avancée, mais les prouesses aériennes devraient à nouveau en éblouir plus d'un à l'été 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer