La boue, source de plaisir

Le Mud Hero a attiré 9000 participants ce... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le Mud Hero a attiré 9000 participants ce week-end.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Six kilomètres de boue bien fraîche. C'est ce qu'offrait le Mud Hero ce week-end sur le terrain de Commando Paintball, à l'est d'Ottawa.

Impossible d'y échapper, chaque participant terminait immanquablement le parcours de cette course à obstacle couvert de boue, de sable, et mouillé de la tête aux pieds. Et pourtant, la très grande majorité des participants ont franchi le fil d'arrivée essoufflé, mais avec un sourire aux lèvres.

Si, au quotidien, être couvert de boue est un réel désagrément, les participants du Mud Hero y prennent plaisir et semblent retomber en enfance. Signe que le plaisir est de la partie, pour sa troisième édition à Ottawa, l'événement continue d'augmenter le nombre de ses coureurs avec 9000 participants, ce week-end.

Qu'est-ce qui explique le succès de cette course à obstacles? Selon le cofondateur du Mud Hero, Ted McLeod, c'est la fusion entre le défi et le plaisir.

«C'est définitivement un défi, mais avec les obstacles, on essaie d'intégrer un élément de plaisir. Par exemple, les gens grimpent un mur et vont redescendre sur une glissade d'eau et atterrir dans une fosse de boue.»

Des héros ordinaires

Selon M. McLeod, il y a divers profils types de participants lors du Mud Hero. Les coureurs d'élite y côtoient donc les coureurs du dimanche. L'événement permet autant aux accros de conditionnement physique de tester leurs capacités qu'aux gens ordinaires qui entament une remise en forme de se fixer un objectif.

«Pour certains obstacles, les gens ont le choix de grimper à l'aide d'une corde, ou encore de morceaux de bois placés comme une échelle. [...] S'ils ne se sentent pas bien, ils peuvent simplement contourner l'obstacle, il n'y a pas de pénalité.»

Ted McLeod souligne les différences entre le Mud Hero à des courses à obstacles plus compétitives comme le Spartan Race.

«Ils utilisent du fil barbelé et du feu. On ne fait pas ça, on ne met le feu à personne, on n'électrocute personne. On veut que les gens s'amusent avant tout», lance-t-il à la blague.

Tout indique que le Mud Hero, l'une des multiples courses à obstacles thématiques à voir le jour au cours des dernières années, sera de retour l'an prochain. M. McLeod indique qu'il pourrait probablement avoir lieu sur le même site, qui se démarque par ses nombreuses pentes et par le paysage qui l'entoure, dit-il.

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer