Un mouvement pour la rivière des Outaouais

Adèle Michon, directrice des opérations au Québec pour... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Adèle Michon, directrice des opérations au Québec pour Sentinelle Outaouais.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un vent d'optimisme souffle sur la rivière des Outaouais à la clôture du Sommet qui lui était consacré, vendredi et samedi.

La participation a répondu aux attentes, non seulement en terme de nombre, mais aussi au niveau de la qualité et la compétence des intervenants. La journée de vendredi s'est en plus conclue avec l'annonce de la création d'un comité interprovincial pour gérer la rivière des Outaouais et, entre autres, le fleuve Saint-Laurent et les Grands Lacs.

«Ça va venir avec une enveloppe budgétaire c'est sûr. Ça va assurer qu'il y ait une vision globale à long terme pour la rivière. C'est toute une nouvelle. Ça peut paraître banal, mais pour nous qui avons travaillé là-dessus jour après jour, c'est énorme», soutient Dominique Monchamp, directrice de la Fondation de Gaspé Beaubien qui a financé le Sommet.

Mme Monchamp et Adèle Michon, directrice des opérations au Québec pour Sentinelle Outaouais, s'entendent pour dire que, par le passé, il était trop facile de se renvoyer la balle d'une organisation à l'autre quand il était question de la rivière des Outaouais.

Or, l'annonce des ministres de l'Environnement québécois et ontarien, David Heurtel et Glen Murray, et les discussions tenues durant le Sommet offrent une occasion en or pour agir et protéger du principal cours d'eau de la région de la capitale nationale.

«De grâce, faites quelque chose avec ça. On compte sur vous. D'où viendra le leadership?» affirmait Philippe II de Gaspé Beaubien, président de la Fondation de Gaspé Beaubien, à la fin du Sommet.

À en croire Adèle Michon et Dominique Monchamp, l'optimisme est justifié. Un comité consultatif qui regroupe les différents intervenants autour de la rivière a été mis sur pied. Le Aquahacking a également permis la création d'application web et mobiles qui faciliteront le partage d'informations sur la rivière des Outaouais.

L'information et sa diffusion au grand public auront un impact majeur sur la suite des efforts menés par les amis de la rivière. Mme Michon espère que les données recueillies par le comité formé par les gouvernements du Québec et de l'Ontario seront facilement accessibles aux citoyens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer