Soleil, houblon... et pluie au Festibière

Martin Lapointe et Philippe Hébert au Festibière.... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Martin Lapointe et Philippe Hébert au Festibière.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dame Nature est revenue ennuyer le Festibière, ce week-end. Malgré tout, les organisateurs dressent un bilan positif de ce cinquième anniversaire et confirment le retour de l'événement en 2016.

Tout au long du week-end, c'est près de 30000 personnes qui sont venues au parc Jacques-Cartier pour déguster les produits de diverses microbrasseries. Au final, c'est une baisse d'achalandage en comparaison à l'année dernière, soutient l'un des organisateurs, Alex Van Dieren. «C'est très certainement dû à la météo. [...] Samedi, à un certain point, il annonçait de la grêle. Ç'a pu faire peur à certaines personnes.»

Un samedi pluvieux et un dimanche gris et froid, ce n'est évidemment pas la recette gagnante pour un événement extérieur.

Malgré tout, 10 000 personnes étaient sur le site, samedi soir, pour entendre la performance de Down With Webster. L'équipe du Festibière s'accroche également à une augmentation d'achalandage de 30% pour le vendredi soir.

Pour l'organisation, ce vendredi soir record laisse croire qu'il en aurait été de même samedi et dimanche, n'eût été des caprices de dame Nature.

Exposants satisfaits

Alex Van Dieren soutient que les commentaires de la part des exposants sont positifs et que la majorité d'entre eux ont confirmé leur intérêt pour un retour l'an prochain. Ceux-ci ont trouvé leur compte au plan financier, mais plusieurs ont souligné l'accueil chaleureux des gens de l'Outaouais.

En entrevue vendredi soir, Nicolas Cazelais, autre membre de l'organisation, rappelait le rôle du Festibière pour faire connaître les produits des microbrasseries locales.

«J'adore les bières importées, j'en bois moi-même. [...] Mais les microbrasseries, on a une gamme de bières. Nos bières sont aussi bonnes que celles des grands», soutient M. Cazelais.

Ce dernier ajoutait qu'il reste toutefois du travail à faire pour faire une place à ces produits. Les microbrasseries détiennent toujours moins de 10% des parts de marché au Québec.

«J'arrive de Portland en Oregon du plus gros congrès des bières de microbrasseries en Amérique. [...] À Portland, c'est 55% (les parts de marché). [...] Portland est une ville grosse comme Ottawa et ils ont 225 microbrasseries. Il y en a six ou sept à Ottawa. Tu imagines l'industrie, les retombées économiques au niveau de l'emploi?»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer