Des quartiers de Chelsea sans Internet haute vitesse

«On ne parle pas du fin fond de... (Archives, LeDroit)

Agrandir

«On ne parle pas du fin fond de l'Arctique, on parle d'une municipalité qui est à moins de 25 kilomètres du bureau du premier ministre», déplore le député fédéral de Pontiac, Mathieu Ravignat.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Alors que le gouvernement fédéral investit des centaines de millions de dollars pour brancher les régions éloignées au réseau Internet à haute vitesse, plusieurs quartiers de Chelsea, situés à moins de 25 kilomètres de la colline parlementaire, n'ont profitent pas du tout, a déploré vendredi le député néo-démocrate de Pontiac, Mathieu Ravignat.

«Les conservateurs ont beau avoir annoncé de l'argent pour brancher plus de régions à Internet haute vitesse, plusieurs endroits dans ma circonscription n'en profitent pas du tout», a dénoncé le député Ravignat lors de la période des questions aux Communes.

À Chelsea, dans plusieurs quartiers, on rencontre encore des problèmes de connexion et de vitesse, et les solutions ne sont pas disponibles, a expliqué le député Ravignat.

«On ne parle pas du fin fond de l'Arctique, on parle d'une municipalité qui est à moins de 25 kilomètres du bureau du premier ministre. Clairement, leur plan ne fonctionne pas. Qu'est-ce que le gouvernement va faire pour bien brancher les gens de Chelsea?», a demandé le député.

Le secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie, Mike Lake, n'a pas répondu directement à la question du député. Il a plutôt rappelé que le programme gouvernemental qui devait permettre de brancher 280000 résidences, au pays, en a finalement rejoint 70000 de plus.

«Nous avons déjà atteint nos objectifs avec seulement 60% du budget du programme», a expliqué M. Lake.

En juillet 2014, le premier ministre Harper a annoncé un investissement de 305 millions$ d'ici 2017 dans le cadre du programme «Un Canada branché», qui vise à étendre l'accès à Internet haute vitesse à large bande (d'au moins cinq mégabits par seconde) dans les régions rurales et éloignées du pays.

Environ 50 millions $ ont été réservés au Nunavut et à la région du Nunavik, au nord du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer