Michel Picard, le nouveau visage de Centraide

Michel Picard... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Michel Picard

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans l'espoir de freiner une séquence difficile, Centraide Outaouais se tourne vers un visage connu pour atteindre l'objectif de sa campagne de financement annuelle. L'ex-chef d'antenne du Téléjournal Ottawa-Gatineau de Radio-Canada, Michel Picard, est le porte-parole de la campagne, cette année.

Il y a quelques années que Centraide Outaouais vit des déceptions et n'arrive pas à atteindre ses objectifs de collecte de fonds. Chaque fois, malgré une révision à la baisse des ambitions, le scénario se répète.

«J'ai vu autour de moi des gens tellement démunis, malchanceux. Ce n'est pas vrai que c'est des paresseux.»

- Michel Picard

M. Picard assure qu'il fera tout en son pouvoir pour changer cela.

«C'est sûr que les autres présidents ont aussi dit qu'ils allaient atteindre leur objectif, mais on va travailler fort et on devrait y arriver», lance le populaire animateur qu'on peut désormais entendre sur les ondes d'Unique FM et lire dans les publications de TC Média.

Michel Picard reconnaît que le défi est grand. L'incertitude demeure dans la fonction publique fédérale et de plus en plus d'entreprises créent leurs propres fondations et incitent leurs employés à donner à des causes bien spécifiques. Mais l'animateur croit à la mission de Centraide et à ses méthodes.

«C'est une équipe et c'est en équipe qu'on va l'atteindre (l'objectif). Je garantis que je ne m'en vais pas là pour ne pas que ça marche. [...] J'aime le côté humain alors je vais faire le tour des petites entreprises avec les gens de Centraide, beaucoup de téléphones et de rendez-vous avec les organismes pour mieux comprendre leurs besoins.»

Pourquoi s'impliquer?

Michel Picard soutient que son travail de journaliste l'a sensibilisé à la réalité des gens moins fortunés et souhaite les aider, redonner à ceux qui en ont besoin.

L'animateur déplore un trop grand écart entre les riches et les plus pauvres dans la société québécoise.

«J'ai vu autour de moi des gens tellement démunis, malchanceux. Ce n'est pas vrai que c'est des paresseux», ajoute-t-il.

Michel Picard tentera de faire sa part et de léguer un beau montant à Centraide Outaouais pour que l'organisme puisse, à son tour, faire des dons à des organismes de la région.

«Nous, le job, c'est de ramasser l'argent et donner le chèque au conseil d'administration. Sinon, je n'aurais pas accepté ça, je n'aurais pas aimé être celui qui doit choisir et trier. C'est plus ingrat!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer