Du sucre plein la rue

Jade Bolam, Myriame Laflamme et Eddie Lindo en... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Jade Bolam, Myriame Laflamme et Eddie Lindo en ont bien profité pour se sucrer le bec.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les produits de l'érable étaient à l'honneur sur la rue Principale, dans le secteur Aylmer, ce week-end, au grand bonheur des nombreuses familles qui sont venues se sucrer le bec.

Les commerçants de l'artère récréotouristique à l'extrémité ouest de Gatineau ont à nouveau unis leurs forces pour offrir une programmation intéressante aux passants.

Comme l'an dernier, ils ont recréé une ambiance de cabane à sucre sur la rue Principale. L'été dernier, c'était le Festival de la Principale qui était organisé par les gens d'affaires qui ont pignon sur rue à cet endroit.

Le gestionnaire de la valorisation de la rue Principale pour l'Association des professionnels, industriels et commerçants d'Aylmer (APICA), Maxime Gauld, affirme qu'il perçoit sentiment d'appartenance important chez les commerçants envers le secteur Aylmer. «Quand on a fait notre conférence de presse, une quinzaine de commerçants se sont présentés et il y a vraiment un métissage, une complémentarité qui se développe.»

L'APICA coordonne l'événement et s'occupe de sa promotion, mais la programmation est entièrement mise sur pied par les gens d'affaires, souligne M. Gauld.

Une destination de choix

Avec la réfection de bâtiments patrimoniaux et l'investissement de la Ville de Gatineau pour revaloriser l'artère, la rue Principale est devenue une destination qui a atteint sa maturité, selon l'ancienne gestionnaire de la valorisation pour l'APICA, Samuelle Desjardins.

Des événements comme ceux de ce week-end attire les gens du secteur, mais aussi ceux d'ailleurs dans la région, même si la rue Principale est quelque peu éloignée du centre-ville et d'Ottawa.

«Est-ce que c'est mauvais que ce soit perçu comme étant loin? Wakefield et Chelsea le sont aussi, questionne Maxime Gauld. À quelque part, c'est une destination récréotouristique. Tu viens ici et tu t'échappes un peu. Tu fais un voyage à peu de frais. Je ne sais pas si ça joue vraiment contre la rue Principale cette perception.»

L'APICA souhaite insister sur cette notion de destination pour attirer encore plus de gens de l'extérieur sur la rue Principale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer