Hommage aux allumettières

La CSN affirme que les mesures d'austérité du... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La CSN affirme que les mesures d'austérité du gouvernement Couillard contribuent aux inégalités entre les hommes et les femmes.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La CSN régionale a rendu hommage aux premières femmes syndicalistes du Québec dans le cadre de la Journée internationale des femmes.

Le rassemblement était organisé devant la plaque commémorative pour les allumettières, aux abords du Sentier de l'Île. Ces ouvrières de l'usine E.B. Eddy, en 1919 et en 1924, ont déclenché les premiers conflits de travail impliquant des femmes syndicalistes.

Les représentants de la CSN en Outaouais ont insisté sur la nécessité de poursuivre la lutte pour l'égalité entre les hommes et les femmes.

À ce sujet, la CSN n'avait pas de félicitations à adresser au gouvernement de Philippe Couillard. La CSN soutient que les mesures d'austérité mise en place par le gouvernement du Québec contribuent à accroître les inégalités entre les hommes et les femmes.

«La Journée internationale de la Femme, ce n'est pas seulement pour célébrer la femme, mais aussi pour revendiquer l'équité entre les hommes et les femmes, affirme la vice-présidente à la condition féminine de la CSN en Outaouais, Julie Charron. On veut aller de l'avant [...], mais on a l'impression de reculer.»

Selon Mme Charron, les compressions dans les différents services touchent principalement les femmes. D'abord, puisqu'elles sont majoritaires à travailler dans les services publics, mais également puisqu'elles en sont les principales bénéficiaires, dit-elle.

À cet effet, Julie Charron cite les compressions en santé, en éducation et la réforme annoncée dans le financement des centres de la petite enfance.

«La Journée internationale de la Femme, ce n'est pas seulement pour célébrer la femme, mais aussi pour revendiquer l'équité entre les hommes et les femmes.»

- Julie Charron

«Si on abolit des services aux élèves, il faut courir les rendez-vous si son enfant a des difficultés d'apprentissage. Je ne dis pas que les pères ne font pas leur travail, loin de là, mais encore aujourd'hui, c'est plus souvent les femmes qui vont s'occuper des enfants.»

jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer