Une Glamotte à la maison

C'est le sculpteur Stéphane Robert qui a réalisé... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

C'est le sculpteur Stéphane Robert qui a réalisé l'oeuvre.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Se rendre au Domaine des flocons, c'est bien. Amener le Domaine des flocons chez soi, c'est encore mieux.

C'est l'expérience qu'a vécue une Gatinoise en remportant un concours organisé par la Ville de Gatineau et Patrimoine Canada.

Sans trop y penser, Marie-Pier Lacroix a participé sur la page Facebook du Domaine des Flocons en répondant à la question: «Quel est votre sport d'hiver favori?»

En étant choisie, Mme Lacroix voyait un sculpteur professionnel venir créer un petit chef-d'oeuvre devant chez elle.

La Gatinoise a toutefois décidé de placer la statue de neige dans un espace vert derrière chez elle où plusieurs enfants du quartier viennent glisser et s'amuser durant l'hiver. «On est deux appartements de jeunes familles, des mamans seules avec leurs enfants. Donc, je me suis dit que ça allait pouvoir profiter à plus que juste nous. L'école L'Envolée est proche.»

Le porte-parole du Domaine des flocons, Éric Brulotte, avoue que l'organisation offrait la chance aux participants de rendre leurs voisins jaloux, mais ils ont bien entendu apprécié l'idée de partager la sculpture avec le voisinage.

«L'objectif premier, c'était d'amener le Domaine des flocons partout dans la communauté.»

Prolonger le plaisir

Le sculpteur Stéphane Robert a donc préparé une Glamotte avec un équipement de gardien de but, au grand bonheur de Marie-Pier Lacroix.

«Les Glamottes, je les adore depuis que je suis toute petite. Je suis à l'âge des premières éditions de Bal de neige. Elles ont fait partie de ma vie depuis mon tout jeune âge.»

Mme Lacroix s'est certainement réjouie, puisque les mascottes de Bal de neige se sont rendues sur place, samedi après-midi.

Bien que la statue soit éphémère, M. Robert s'est assuré de prolonger le plaisir le plus longtemps possible. Le dos au soleil pour éviter d'endommager les traits du visage et un gardien, plutôt qu'un attaquant. «Le gardien, avec la position, les jambières et le gros hockey, permettait d'avoir quelque chose de stable qui allait durer plus longtemps», résume-t-il.

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer