Thurso veut savoir ce qui sort des cheminées

« Les citoyens de Thurso sont extrêmement inquiets... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

« Les citoyens de Thurso sont extrêmement inquiets de leur santé par rapport à Fortress et je les comprends. Je pense que c'est notre devoir de les rassurer», affirme le maire de la municipalité, Benoît Lauzon.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Thurso a commandé une étude sur la qualité de l'air afin de vérifier si les émanations qui s'échappent des cheminées de l'usine Fortress peuvent être néfastes sur la santé.

Le maire de la municipalité, Benoît Lauzon, affirme que des premiers tests ont été effectués en août dernier par la firme EXP. Les résultats de l'analyse ont été acheminés au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDEL) en décembre.

Selon le maire Lauzon, certains types de gaz repérés dans l'air ambiant de Thurso, dont du benzène, un hydrocarbure hautement cancérigène, auraient été captés à une concentration plus élevée que la limite imposée par les normes environnementales en vigueur. Trois stations d'échantillonnage ont servi à l'étude. Elles étaient installées au terrain de soccer du village, sur la rue Chartrand ainsi que sur le toit de l'hôtel de ville.

M. Lauzon soutient toutefois qu'il ne faut pas sauter aux conclusions trop rapidement. Rien ne démontre pour le moment que l'entreprise Fortress soit directement en cause puisque cette première phase d'analyse n'a pas permis d'identifier les sources responsables de ces émanations à forte concentration. «Il y a des dépassements à certains endroits et on nous a recommandé avec les premiers résultats de trouver les sources et c'est ce que nous allons faire en février. Nous allons pousser nos recherches plus loin», a-t-il indiqué au Droit.

Une deuxième série d'échantillonnages sera donc effectuée dans les prochaines semaines par la même firme afin de dresser un portrait plus précis de la situation. Les résultats seront présentés aux résidents avant l'été prochain, a assuré le premier magistrat qui prévoit que l'étude coûtera un peu plus de 10 000 $.

«Les citoyens de Thurso sont extrêmement inquiets de leur santé par rapport à Fortress et je les comprends. Je pense que c'est notre devoir de les rassurer. Si on trouve quelque chose qui dépasse les normes, on va s'assurer que les correctifs vont être faits.»

Aucun danger

Une toxicologue de la firme Sanexen, Lorraine Rouisse, a expliqué, durant une rencontre d'information tenue mardi entre Fortress et les citoyens de Thurso, que la population n'avait rien à craindre quant aux émanations produites par la papetière. Une analyse effectuée par la firme à partir de données de 2013 démontre que les quantités d'éléments chimiques propulsés dans l'air par l'usine ne sont pas suffisamment abondantes pour présenter un risque pour la santé humaine.

«Les concentrations maximales rencontrent bien les critères d'air ambiant qui sont en vigueur. Au niveau toxicologique et de la santé, il n'y a pas de problème», a déclaré Mme Rouisse.

Partager

À lire aussi

  • Fortress s'excuse

    Petite-Nation

    Fortress s'excuse

    «Au nom de Fortress, je tiens à vous présenter nos plus sincères excuses.» Le président de la division cellulosique chez Fortress, Yvon Pelletier, a... »

  • Fortress promet une amélioration des odeurs à Thurso <strong></strong>

    Économie

    Fortress promet une amélioration des odeurs à Thurso 

    Les résidents de Thurso excédés par les mauvaises odeurs en provenance de l'usine Fortress devraient voir une amélioration considérable de la... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer