Le Gîte Ami s'explique

Le Gîte Ami limite l'accueil à 15 nuits... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Gîte Ami limite l'accueil à 15 nuits par mois, sauf en temps de froid extrême, pour encourager les usagers à se prendre en main.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gérer un refuge pour sans-abri comme le Gîte Ami n'a rien d'évident, surtout quand un groupe d'usagers se mobilise pour réclamer la mise sous tutelle de l'organisme. Si la solution proposée est forte aux yeux de la direction, celle-ci reconnaît toutefois que les problèmes soulevés par ces usagers sont réels.

Le directeur général du Gîte, Luc Villemaire, soutient qu'il interprète la sortie publique de ces itinérants comme un cri du coeur. Les sans-abri qui critiquent la direction du refuge dénoncent des problèmes de salubrité, le besoin d'un refuge stable et le manque de ressources pour les aider à se sortir de l'itinérance.

M. Villemaire reconnaît qu'ils ont mis le doigt sur le problème. Le manque de financement est un facteur, selon lui, mais il ajoute que certains usagers ont une mauvaise compréhension de la mission du Gîte Ami.

Le directeur général du Gîte Ami rappelle que son organisme limite l'accueil à 15 nuits par mois - sauf en temps de froid extrême - pour encourager les usagers à se prendre en main. Le président du conseil d'administration, Gilles Cloutier, ajoute que le refuge offre des services sociaux, même si ce n'est pas dans sa mission.

Concernant les problèmes de salubrité, Luc Villemaire soutient que l'ouverture du centre en journée a compliqué le nettoyage des locaux. Selon lui, si le Gîte recevait un financement suffisant à ses besoins, il pourrait notamment embaucher un concierge à temps plein. Il fait un appel aux usagers pour faciliter le travail des employés du refuge.

«Il y a des lieux pour faire ses besoins, mais ça arrive parfois que les besoins se fassent ailleurs. Est-ce que c'est l'intervenante psychosociale qui va ramasser? Est-ce que c'est le cuisinier? Un bénévole?», illustre M. Cloutier qui affirme du même coup comprendre la frustration des usagers à ce niveau.

Les itinérants derrière la pétition, rencontrés après la conférence de presse de la direction du Gîte, ont réitéré leur souhait de voir une nouvelle administration pour l'organisme. Ils affirment avoir perdu confiance envers le conseil d'administration et Luc Villemaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer