«On doit leur rendre hommage»

Une trentaine de personnes ont bravé le froid... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Une trentaine de personnes ont bravé le froid mordant, hier soir, pour se poster devant l'ambassade de France au Canada à l'occasion d'une vigile en mémoire des victimes de l'attentat d'hier.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le froid mordant n'a pas empêché une trentaine de personnes de se poster devant l'ambassade de France au Canada, mercredi soir, pour une vigile organisée en mémoire des 12 victimes de l'attentat perpétré dans les locaux parisiens du journal satirique Charlie Hebdo.

Devant la clôture entourant l'édifice de la rue Sussex, des gerbes de fleurs avaient été déposées et des affiches affublées du slogan « Je suis Charlie », repris partout dans le monde depuis le drame, avaient été installées. Des manifestations semblables ont également été organisées à Montréal et Toronto.

Les gens interrogés par LeDroit ont unanimement condamné les tragiques événements, précisant que la démocratie et la liberté d'expression avaient été attaquées de front mais que la peur ne prendrait pas le dessus sur ces deux valeurs qui leur sont si chères.

« C'est difficile de trouver les mots, on peut juste être estomaqué par un tel événement. Le fait qu'on s'attaque à un tel journal, ça dit tout. Le rire et la satire sont le meilleur rempart contre le fanatisme. Ce n'est pas pour rien qu'ils se sont attaqués à eux. [...] Je tenais à être ici pour manifester mon appui, car on ne peut pas accepter ça. Et je refuse d'être inquiet : on ne doit pas se soumettre à la peur que ces gens-là essaient de nous imposer », a lancé le Gatinois François Demers, né au Canada mais dont les parents sont d'origine française.

Pour Akila Chalal, arrivée à Ottawa il y a huit ans, apprendre qu'un massacre a décimé la salle de rédaction du Charlie Hebdo a été un gros choc.

« C'est terrible et poignant. On a l'impression que c'est toute une génération qui vient de nous quitter. C'était des gens qui étaient exceptionnellement courageux et qui véhiculaient de grandes valeurs, les mêmes que nous. On doit leur rendre hommage », soutient-elle.

Même son de cloche pour le représentant de l'ambassadeur français Philippe Zeller.

« La mobilisation de ce soir permet de dire que ce genre d'acte est non seulement odieux et barbare mais ne doit pas nous dissuader de nos valeurs. On est très touchés et impressionnés par la réaction des gens au Canada. Les deux pays font face à la menace épouvantable qu'est le terrorisme », affirme le ministre conseiller et chef de mission adjoint, Alexandre Vulic.

L'organisateur de la vigile, le conseiller consulaire français élu pour l'Ontario et le Manitoba, Philippe Armengau, qualifie quant à lui l'attentat « d'horreur sans nom ».

« Le journalisme est un métier autant qu'une passion qui se nourrit de la liberté d'expression. C'est aussi parfois un combat, mais qui ne se livre qu'avec des mots, des images, des dessins, des photos. La tragédie d'aujourd'hui est une attaque sans précédent contre la presse, la démocratie et la Nation tout entière », a-t-il dit par voie de communiqué.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer