La ministre Vallée répond à ses critiques

La ministre responsable de la région affirme  qu'elle... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

La ministre responsable de la région affirme  qu'elle est « très satisfaite » des orientations et des actions prises par le gouvernement pour redresser les finances publiques.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La ministre régionale de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, ne passe pas par quatre chemins pour répondre à certains de ses détracteurs qui l'accusent de travailler plus pour défendre le gouvernement en cette ère d'austérité que pour défendre la région depuis qu'elle a fait son entrée au cabinet des ministres, en avril dernier.

« Je prends tout ça avec un grain de sel, a-t-elle lancé en entrevue avec LeDroit. Je suis consciente du travail que je fais pour l'Outaouais. Les gens qui tiennent de tels discours ne sont clairement pas autour de la table du conseil des ministres. Ils ne sont pas présents lors de mes échanges avec mes collègues. »

Dans la région, des voix se sont fait entendre au cours des dernières semaines quant à la façon et la vigueur avec laquelle Mme Vallée défend les positions parfois controversées de son parti. Certaines de ces voix ont voulu conserver leur anonymat, tandis que d'autres, comme celle de la présidente de la Conférence régionale des élus de l'Outaouais (CRÉO), Paulette Lalande, sont venues jeter un doute sur l'unité qui caractérise les troupes libérales depuis longtemps dans la région.

« Est-ce que [Stéphanie Vallée] travaille pour l'Outaouais ou pour Québec ? Je pense qu'elle travaille beaucoup plus pour Québec, a déclaré Mme Lalande au début du mois. Son message, c'est le plan du gouvernement et c'est à peu près ça. C'est la ligne de parti. »

Stéphanie Vallée évite une confrontation directe avec cette militante de longue date, auparavant très proche de l'ancien ministre régional Norman MacMillan. La ministre responsable de la région affirme toutefois qu'elle est « très satisfaite » des orientations et des actions prises par le gouvernement pour redresser les finances publiques.

« Si je n'étais pas en lien avec les orientations gouvernementales, je n'aurais tout simplement pas ma place dans ce gouvernement, dit-elle. Je fais partie d'une équipe qui a des objectifs et qui travaille fort pour les atteindre. »

Faire ce qui a été promis

Stéphanie Vallée reconnaît que les premiers mois du gouvernement Couillard n'ont rien d'une partie de plaisir, tant pour ceux qui doivent mettre en oeuvre les décisions gouvernementales que pour ceux qui doivent les subir.

Elle soutient toutefois que le gouvernement fait ce pour quoi il a été élu par les Québécois en avril dernier.

« Ce qui se fait actuellement est en lien avec les orientations prises lors de la dernière campagne électorale, dit-elle. C'est certain que c'est beaucoup plus facile de dépenser de l'argent que de redresser les finances publiques comme nous le faisons. C'est un discours auquel les gens n'étaient pas nécessairement habitués au Québec. Certains voient ça comme des mesures d'austérité, mais ce n'est pas le cas. Il est tout à fait normal pour une administration de vouloir ajuster et contrôler ses dépenses. Ça s'imposait. Ce n'est pas normal de devoir mettre sur la dette, chaque année, l'équivalent du budget de l'Éducation et de la Santé. C'est certain qu'il y a énormément d'explications à donner. Nous devons prendre le temps de bien présenter aux citoyens et à nos maires ce que nous faisons. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer