Le lourd passé de Maureen Fischer

Encore aujourd'hui harcelée par son ex-mari, Maureen Fisher... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Encore aujourd'hui harcelée par son ex-mari, Maureen Fisher parle de son lourd passé dans l'espoir de changer les choses.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Droit

Durant la vigile, samedi au parc Mémoires d'Elles, Maureen Fisher écoutait attentivement, silencieusement.

Cette femme semble sans histoire à première vue, mais elle porte en elle un lourd passé. Encore aujourd'hui harcelée par un ex-mari de qui elle est divorcée depuis plus de 10 ans, elle parle dans l'espoir que le système change.

«On a été détruit par le système», affirme sans détour Mme Fisher.

L'ex-mari en question l'a frappé avec sa camionnette en 2002. Après huit mois au Centre Mélaric pour alcooliques et toxicomanes, il est entré chez elle sans avertir pour lui placer un couteau à la gorge.

«Si je criais, on était tous morts», se remémore non sans peine la mère de deux enfants.

L'histoire d'horreur s'est poursuivie pendant plusieurs jours, jusqu'à Saint-Jérôme, où elle a dû sauter d'une voiture en mouvement pour fuir son agresseur. L'homme a été arrêté sur l'autoroute plus loin avec les bras entaillés.

Ce n'était toutefois pas la fin de son calvaire. On lui a interdit de s'approcher d'elle et de leurs enfants. Souvent emprisonné à Hull, il lui envoyait des lettres presque tous les jours pour détailler comment il comptait la tuer, la violer ou encore envoyer des hommes lui lancer de l'acide au visage.

Son ex-mari vit maintenant à Gatineau, soutient Maureen Fisher. La vie est difficile. Son fils a eu des problèmes avec les forces policières et a visité le Centre hospitalier Pierre-Janet à Gatineau et l'Institut Philippe-Pinel à Montréal.

Elle estime que les systèmes judiciaire et policier, ainsi que les ressources pour la jeunesse, doivent être plus adaptés à la réalité des victimes.

Aujourd'hui, Mme Fisher souhaite raconter son histoire à qui veut l'entendre. Elle ne veut pas d'aide, encore moins de pitié. Elle souhaite plutôt aider d'autres femmes en difficulté à guérir de leur traumatisme.

«Je suis juste une mère avec un grand coeur, je veux aider les autres. J'aurais aimé que le système fonctionne pour moi et mon fils. Je consacre le reste de ma vie pour les femmes et les enfants.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer