Des pros de la vente sous pression débarquent dans la région

Voyages «gratuits» vendus à Gatineau

Si chaque île est coiffée d'une forêt de... (PHOTOTHÈQUE LA PRESSE)

Agrandir

Si chaque île est coiffée d'une forêt de palmiers géants et est baignée par une mer cristalline, chacune a son caractère propre.

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des individus spécialisés dans la vente sous pression, bien connus des tribunaux et de l'Office de la protection du consommateur (OPC), viennent de débarquer à Gatineau. Leur nouvelle agence de voyages, fondée il y a tout juste quelques semaines dans la région, fait déjà l'objet de quatre plaintes auprès de l'Office.

Tout indique que ces individus s'affairent à mettre en place ici le même stratagème douteux qui a fait leur réputation dans plusieurs autres régions du Québec. L'OPC confirme au Droit que les plaintes qui émanent de consommateurs la région sont exactement de même nature que celles provenant d'ailleurs dans la province et qui se comptent par dizaines. Il est question de fausse représentation et d'omission de fournir des informations pertinentes à la vente, deux actes contraires à ce que commande la Loi sur la protection du consommateur.

S'ils ont opéré et opèrent toujours sous différents noms d'entreprises dans plusieurs régions du Québec, c'est sous le nom d'Évasion Point que ces agents de voyage utilisant le concept des «vacances à points» viennent s'attaquer au marché de l'Outaouais.

Leurs bureaux sont situés au 920, boulevard Saint-Joseph, dans le secteur Hull, avec comme seule indication une petite enseigne avec le nom de la compagnie.

Le modus operandi pour attirer des clients est à peu près partout le même, explique le porte-parole de l'OPC, Jean Jacques Préaux. Les gens remplissent un coupon lors d'un événement quelconque en pensant pouvoir gagner un voyage. Quelques semaines plus tard, ils reçoivent un appel les informant qu'ils ont gagné et qu'ils doivent se rendre à une session d'information pour recevoir leur prix. Une fois sur place, les «gagnants» font face à des spécialistes de la vente sous pression qui tentent de leur soutirer des milliers de dollars en quelques heures en échange d'une adhésion à un concept de vacances partagées, ou time-sharing. À la fin de la soirée, le voyage n'a plus rien de gratuit.

Selon nos informations, une de ces «séances d'information» est prévue aujourd'hui par l'entreprise.

En 2011, le propriétaire d'Évasion Point, Dominic Tessier, et une autre de ses entreprises, Alarm Cam, ont dû payer 15000$ d'amende après que ce dernier eut été reconnu coupable de fausses représentations auprès des clients à qui il tentait de vendre des voyages «gratuits».

«Dominic Tessier a omis de mentionner que des frais importants étaient exigés des consommateurs pour bénéficier des voyages supposément gratuits qu'ils avaient gagnés», précise l'OPC, ce qui est contraire à la Loi sur la protection du consommateur. Ce dernier a aussi eu maille à partir avec l'OPC au cours des derniers mois avec une autre de ses compagnies, Voyagesclub.ca, située à Greenfield Park. Là aussi, il est question de plaintes pour fausse représentation.

Des poursuites à la dizaine

Le seul actionnaire inscrit à la fiche de l'entreprise Évasion Point sur le Registre des entreprises du Québec est M.Tessier. Toutefois, des documents obtenus par LeDroit démontrent qu'une dénommée Sarah Sullivan prête main-forte à M.Tessier pour l'implantation d'Évasion Point en Outaouais. Cette dernière est aussi bien connue de l'OPC. Elle fait aussi, par le biais de plusieurs entreprises, dans la vente de «voyages à points» et de vacances partagées. Ses entreprises font face à 317 chefs d'accusation pour fausses représentations. Si ses entreprises devaient être reconnues coupables à l'ensemble des infractions à la Loi sur la protection du consommateur qui leur sont reprochées, les entreprises de MmeSullivan auraient à débourser la rondelette somme de 462000$. Les entreprises de MmeSullivan font face à une cinquantaine de poursuites devant la Cour des petites créances et à plus d'une quarantaine de plaintes à l'OPC.

Les appels faits par LeDroit chez Évasion Point sont demeurés sans réponse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer