Fermeture du Centre national de résonance magnétique nucléaire

Un véritable phare de la science au Canada s'éteindra au cours des prochains... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un véritable phare de la science au Canada s'éteindra au cours des prochains jours.

C'est le Centre national de résonance magnétique nucléaire (RMN) à ultrahaut champ pour les solides, l'un des plus puissants au monde, qui devra fermer ses portes.

Selon son directeur et professeur au département de chimie de l'Université d'Ottawa, David Bryce, cette installation permettait des percées majeures dans la recherche sur la structure et les propriétés de matériaux solides et avait des répercussions dans le domaine de l'énergie et de la santé, notamment.

«C'est le spectromètre RMN le plus puissant au Canada pour ce type de recherche et il demeure à la fine pointe au niveau international, même 10 ans après son inauguration, souligne M. Bryce. Ça mettait le Canada sur la carte dans le champ de la RMN. [...] Cette installation fait l'envie de plusieurs pays qui commencent seulement à nous rattraper en raison de cet investissement visionnaire réalisé en 2005.»

Le Centre RMN, situé sur le chemin Montréal à Ottawa, fermera puisque le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada a mis fin à son financement en vertu du Programme d'appui aux ressources majeures. Son directeur affirme qu'il n'y a plus de moyen de poursuivre les activités uniquement avec les frais d'utilisation des scientifiques qui l'emploient.

David Bryce ne cache pas sa frustration par rapport à la situation. Il affirme que le centre permettait également la formation de scientifiques parmi les meilleurs au pays et dans le monde.

«Nous sommes des centaines de chercheurs provenant de plus de 20 universités au Canada à s'en servir.

«Plusieurs programmes de recherches devront être abandonnés et l'avantage que le Canada a gagné dans ce domaine sera perdu.»

Le spectromètre RMN a nécessité un investissement de 11,8 millions$ du gouvernement canadien pour voir le jour. Selon M. Bryce, plusieurs options, dont la vente, sont à l'étude pour trouver une nouvelle utilité à cet équipement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer