Un autobus d'OC Transpo s'immobilise à quelques mètres des rails

Plus de peur que de mal à Fallowfield

Un autobus à deux étages, circulant en direction... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

Un autobus à deux étages, circulant en direction Est sur le chemin Fallowfield, s'est immobilisé entre la ligne d'arrêt et le passage à niveau, quelques instants à peine avant la venue d'un train VIA Rail.

ARCHIVES, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le chauffeur d'un autobus OC Transpo a «absolument pris la bonne décision» de s'immobiliser à quelques mètres du passage à niveau du chemin Fallowfield, site d'une collision mortelle l'an dernier, et ce, même si la barrière de sécurité s'est abaissée sur le véhicule du circuit 72.

C'est ce qu'a laissé entendre le directeur général d'OC Transpo John Manconi, hier après-midi lors d'un point de presse tenu à l'hôtel de ville d'Ottawa.

Plus tôt en journée, un autobus à deux étages, circulant en direction Est sur le chemin Fallowfield, s'était immobilisé entre la ligne d'arrêt et le passage à niveau, quelques instants à peine avant la venue d'un train VIA Rail.

«L'autobus faisait la file derrière cinq autres véhicules. Une fois le feu vert activé, ces véhicules ont franchi le passage à niveau. Les feux de circulation sont ensuite passés au jaune (en prévision de l'arrivée du train) et le chauffeur a décidé de freiner, a expliqué M. Manconi. Il s'agit de la même décision que nous devons tous prendre lorsque nous sommes confrontés à une telle situation au volant. Cependant, il s'est immobilisé bien avant les rails. Certaines photos sur les réseaux sociaux semblent indiquer le contraire, mais selon nos estimations, il se trouvait de 12 à 15 pieds (environ quatre mètres) des rails. Il a absolument pris la bonne décision.»

De plus, les protocoles de sécurité d'OC Transpo indiquent qu'un autobus ne peut reculer qu'en présence d'un membre du personnel autorisé, a-t-il précisé.

M. Manconi a aussi démenti les rumeurs circulant plus tôt en journée quant à un possible excès de vitesse du chauffeur d'autobus.

«Nous savons exactement ce qui s'est produit aujourd'hui (hier) [...] Nous savons qu'il n'y a aucun excès de vitesse parce qu'un de nos superviseurs a été témoin de la scène. Il se trouvait au deuxième étage de l'autobus», a-t-il informé, ajoutant que l'enquête était maintenant close.

L'incident d'hier matin s'est produit au même endroit que la collision mortelle du 18 septembre 2013 entre un autobus à deux étages et un train VIA Rail. Cet accident avait coûté la vie à six passagers de l'autobus. Le 2 septembre dernier, le circuit 72 a remplacé le circuit 76, parcours utilisé par l'autobus lors du drame de l'an dernier. Il relie le quartier Barrhaven, dans l'ouest d'Ottawa, et le centre-ville.

D'autres bris mécaniques

Par ailleurs, les mécanismes d'avertissement automatiques des passages à niveau situés aux intersections des chemins Jockvale et Greenbank ont subi des problèmes d'ordre mécanique hier matin, a informé VIA Rail. Leur enquête a révélé qu'une composante électronique défaillante devait être remplacée. Les réparations ont été effectuées. La sécurité des piétons, usagers de la route, ainsi que des passagers n'a pas été compromise, a assuré le transporteur ferroviaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer