Les haltes-garderies menacées

Les organismes communautaires «famille» de l'Outaouais craignent pour leur... (La Presse, Alain Roberge)

Agrandir

La Presse, Alain Roberge

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les organismes communautaires «famille» de l'Outaouais craignent pour leur survie. Ces derniers sont invités par le gouvernement du Québec à sabrer dans leur budget afin de participer à l'effort collectif pour soutenir le fardeau financier de l'État. Entre autres, ces compressions pourraient signifier la fin des haltes-garderies communautaires.

«C'est épeurant l'impact que ces coupures pourraient avoir sur le réseau public. On offre un service de première ligne et on allège le réseau en ce moment», soutient Karine Veilleux, directrice du Centre d'activités préscolaires et familiales du secteur Hull.

Les haltes-garderies sont des services de garde éducatifs, à temps partiel ou occasionnel, offerts en milieu communautaire afin de permettre aux parents d'améliorer leur qualité de vie. Elles viennent supporter la mission des organismes communautaires «familles» de la région. En tout, 253 organismes communautaires reçoivent une subvention pour leur service de garde de la part du ministère de la Famille. Les sommes allouées varient entre 6000$ et 32000$ par année. Plus de 45000 enfants sont accueillis dans les haltes-garderies à travers la province. En Outaouais, on compte une vingtaine d'organismes communautaires «familles».

Si les haltes-garderies perdent leurs subventions, Mme Veilleux s'inquiète des répercussions sur les familles. Les parents ne pourront plus participer aux ateliers de compétences parentales, de cuisines collectives ou de cours de francisation par exemple.

Les compressions budgétaires sont maintenant monnaie courante dans le milieu communautaire, soutient Mme Veilleux. Les organismes doivent conjuguer avec moins d'argent. «Par exemple, Centraide a de la misère à atteindre son objectif. Si chaque organisme va cogner pour avoir des dons on ne réussira pas à récolter grand-chose. Les temps sont durs pour tout le monde», souligne-t-elle.

sbranch@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer