Selon l'AQCPE

Garderies: l'Outaouais a beaucoup à craindre

L'Outaouais sera l'une des régions qui écopera le plus durement si le... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'Outaouais sera l'une des régions qui écopera le plus durement si le gouvernement libéral met ses menaces à exécution en sabrant dans la politique familiale, craint l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), de passage à Gatineau, mardi, en marge de sa tournée de mobilisation intitulée «Toujours fous de nos enfants».

«Je pense qu'en Outaouais, il y a la croissance démographique, mais aussi une réalité sous-évaluée à Québec au niveau multiculturel. La proximité de la capitale (Ottawa) amène beaucoup d'immigration et ça apporte des réalités qui doivent être prises en charge. Il y a les enfants aux besoins particuliers, ceux qui n'ont pas nécessairement une pleine maîtrise de la langue française, etc. Quand ils ont accès à un service de garde, ils peuvent se développer d'une manière qui les intègre plus», soutient le président-directeur général de l'AQCPE, Louis Senécal.

L'incertitude actuelle menace sérieusement les services éducatifs de garde à l'enfance mis sur pied en 1997, selon l'organisme, qui estime qu'une augmentation drastique de la contribution parentale pourrait bien forcer les familles de classe moyenne à choisir entre avoir un enfant ou préserver deux salaires.

«Nous sommes très préoccupés par l'augmentation possible de la contribution réduite. Pour certaines familles qui peinent à joindre les deux bouts, 7,30$ par jour, c'est déjà trop. Plutôt que de se montrer rassurante envers les familles, notamment celles plus vulnérables, la ministre de la Famille a choisi d'entreprendre son mandat en coupant une mesure s'adressant aux plus démunis. C'est inacceptable», affirme M. Sénécal.

Selon lui, le gouvernement n'avait pas le mandat «de nous ramener 30 ans en arrière».

Au total, 11 000 enfants sont en attente d'une place dans l'un des 52 CPE de la région, selon l'Association des centres de la petite enfance de l'Outaouais (ACPEO).

Afin de mobiliser la population québécoise, l'AQCPE a lancé sa tournée de 15 villes en huit jours qui culminera par l'organisation d'un grand rassemblement le 9 novembre partout en province. 

En Outaouais, celui-ci aura lieu dès 10h au parc Laurent-Groulx, situé au 100, rue Gamelin, dans le secteur Hull.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer