Élections à Clarence-Rockland: des candidats ne veulent pas d'un débat «sur invitation seulement»

La formule de la principale «assemblée des candidats» en vue des élections... (ETIENNE RANGER, LeDroit)

Agrandir

ETIENNE RANGER, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La formule de la principale «assemblée des candidats» en vue des élections municipales à Clarence-Rockland ne fait pas l'unanimité. Certains candidats accusent les organisateurs de piper les dés en tenant un «débat sur invitation seulement».

Dans le cadre de l'événement, l'organisatrice a mis en circulation 300 laissez-passer qui devaient principalement être remis aux candidats, afin qu'ils puissent à leur tour les distribuer à leurs partisans et résidents de leur quartier.

Seulement, les candidats n'auraient pas reçu un nombre égal de cartes d'invitation et certains n'en auraient pas reçu du tout.

C'est le cas du conseiller sortant à Rockland, Bernard Payer, un farouche opposant au maire Marcel Guibord.

«Je n'ai reçu aucune carte d'invitation. Il y a un contrôle des billets. Ce n'est pas juste et j'irais même jusqu'à dire que c'est croche. On parle ici d'un processus démocratique et public. Moi je dis que ça doit être annulé, car ce qui se passe n'est pas légal», a pesté Bernard Payer.

L'événement est prévu le 15 octobre prochain à 19h à l'aréna de Clarence Creek et il est à noter que la municipalité a offert gratuitement la salle communautaire à l'organisation.

Pour sa part, le conseiller sortant René Campeau dit avoir reçu 25 invitations pour l'assemblée des candidats. Mais devant la polémique, ce dernier a l'intention de les remettre à l'organisation.

«Je ne me servirai pas de ces cartes. Si mes partisans veulent venir, ils viendront par eux-mêmes et c'est tant mieux», a commenté René Campeau.

L'organisatrice, Carmelle Gareau, une citoyenne engagée qui en est à sa cinquième assemblée de candidats, se défend de faire du favoritisme. Cette dernière explique qu'il s'agit d'une question de sécurité avant tout.

«J'ai imprimé 300 laissez-passer par mesure de prévention. La salle, en vertu de la loi, ne peut accueillir que 300 personnes et je veux éviter tout débordement. Ces billets ne sont qu'un détail. Entre vous et moi, il n'y a personne qui sera refusé à la porte», a indiqué Mme Gareau.

Les réunions municipales ont été houleuses lors des derniers quatre ans, avec une fracture nette entre deux clans, tant à la salle du conseil que dans la salle. La situation s'est envenimée davantage au cours des derniers mois.

Certains candidats, comme Bernard Payer, envisagent maintenant de boycotter l'assemblée des candidats.

La Chambre de commerce de Clarence-Rockland tente aussi de tenir un débat, mais une réunion municipale a été ajoutée quelques heures avant l'événement, ce qui pousse l'organisme à revoir ses plans.

sbgauthier@ledroit.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer