Québec hausse le prix des coupes de cheveux en Outaouais

Le gouvernement du Québec hausse le prix minimum des... coupes de cheveux en... (Photos.com)

Agrandir

Photos.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le gouvernement du Québec hausse le prix minimum des... coupes de cheveux en Outaouais.

Le ministère du Travail vient de confirmer, par la publication dans la Gazette officielle du Québec, une modification au décret qui régit l'industrie de la coiffure dans la région. 

L'Outaouais est la seule région du Québec où le prix d'une simple coupe de cheveux ou tout autre service donné dans un salon de coiffure sont déterminés par un décret gouvernemental qui remonte à 1934.

Ainsi, le prix minimum d'une coupe de cheveux, par exemple, fixé à 15 $ aujourd'hui, passera à 17 $ en 2016. Une permanente passera de 54 $ à 60 $ au cours de la même période. Une coloration coûtera au minimum 26 $ en 2016. 

C'est aussi sur la base de ce décret que sont déterminés les heures d'ouverture des salons, le salaire des coiffeuses et l'ensemble des conditions de pratique dans le milieu. En vertu de cette réglementation en place en Outaouais, une voisine qui, à l'occasion,  vous coupe les cheveux dans son sous-sol, ou vous fait une petite teinture sans avoir préalablement payé la cotisation annuelle au Comité paritaire des coiffeurs de l'Outaouais chargé de faire respecter la réglementation est dans l'illégalité et s'expose à une poursuite judiciaire. 

Toutes les régions du Québec, à part l'Outaouais et la Montérégie, ont mis fin à ce type de décret entre 1977 et 1984. L'abolition du décret en Montérégie a eu lieu en 1994 après une véritable guérilla judiciaire menée par le comité paritaire de l'endroit. Des milliers de plaintes criminelles contre des salons de coiffure avaient alors été déposées par le comité. La situation avait à ce point dégénéré que le ministère du Travail a dû mener une enquête qui a débouché sur un rapport de 170 pages.

En Outaouais, quelques voix se sont élevées, en vain, il y a deux ans, pour demander l'abolition du décret.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer