Le Centre 101 Parent réfléchit à son futur

Alec Brunet et Renée Leclerc... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Alec Brunet et Renée Leclerc

Martin Roy, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Le Centre des Jeunes, mieux connu sous le nom de «101 Parent», a célébré ses 30 ans d'existence, dimanche. C'était l'occasion pour l'organisme qui a pignon sur rue au marché By de réfléchir à son avenir, au moment où la fréquentation des églises est en baisse constante.

«On regarde l'avenir et on se demande comment on peut continuer et assurer une pérennité, affirme Soeur Claudette Brunet, une membre de l'équipe de direction du Centre des jeunes. Les communautés religieuses nous aident beaucoup, mais est-ce que ça durera encore très longtemps?»

À ne pas en douter, le 101 Parent répond à une demande, soutient Soeur Brunet. Il existe aujourd'hui peu d'endroits dans la capitale où les jeunes adultes se rencontrent pour discuter de spiritualité.

«Il y a beaucoup de jeunes qui participent à nos activités. Ils sont bien contents qu'on existe. Notre mission est d'aider les jeunes à développer leur intérêt pour l'engagement social auprès des démunis.»

Des milliers de personnes âges de 18 et 35 ans gravitent autour du 101 Parent, estime-t-elle.

L'organisme est entre autres reconnu pour ses missions humanitaires en République dominicaine, auxquelles participent chaque année des dizaines de jeunes volontaires.

Témoignages d'anciens

L'organisme a donc lancé l'invitation à une soixantaine d'anciens, dont Alec Brunet, qui a franchi la porte du 101 Parent alors qu'il était étudiant à l'Université d'Ottawa, à la recherche de relations humaines signifiantes.

«J'ai été accueilli par les soeurs au moment où je vivais des difficultés, affirme le technicien en informatique. Je vivais de la solitude et j'avais besoin de vivre des relations intéressantes avec des jeunes qui semblaient partager les mêmes valeurs que moi.»

«J'allais quand même dans les bars pour rencontrer des gens, mais je sentais qu'il y avait quelque chose de plus significatif qui se vivait au centre», lance-t-il, rieur.

L'aide des anciens, dont fait entre autres partie l'archevêque de Gatineau, Paul-André Durocher, est maintenant essentielle, soutient pour sa part Renée Leblanc.

La mère de famille, qui se dit marquée à vie par son voyage en République dominicaine, souhaite aujourd'hui aider le centre à poursuivre sa mission.

«Je veux redonner et aider les soeurs à permettre à d'autres jeunes de faire le voyage. C'est un moment fort dans la vie d'une personne, lorsqu'elle fait connaissance avec cette pauvreté.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer