Pour son engagement à défendre «une accessibilité élargie à l'éducation postsecondaire»

Nadeau-Dubois décoré par Impératif français

Le Prix Impératif français décerné par l'organisme du même nom a été  accordé... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, LeDroit

Partager

Le Prix Impératif français décerné par l'organisme du même nom a été accordé cette année à Gabriel Nadeau-Dubois, le coporte-parole de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) durant le « printemps érable ».

Le président de l'organisme de défense de la langue française, Jean-Paul Perreault, explique que Gabriel Nadeau-Dubois est récompensé, entre autres pour son engagement à défendre « une accessibilité élargie à l'éducation postsecondaire, dans une société la plus équitable possible ».

Selon M. Perreault, M. Nadeau-Dubois a contribué à l'éveil social et politique de la société québécoise, toutes générations confondues. En lui décernant le prix,

Impératif français souhaite « l'encourager à poursuivre ses idéaux ».

La figure de proue du mouvement étudiant a pris la parole devant les quelque cent personnes réunies au Château

Cartier du secteur Aylmer en clôture de la Francofête 2013.

Rayonnement culturel

Le jeune militant a décrit le lien étroit qui existe à son avis entre l'accessibilité à l'université et le rayonnement culturel.

« Ce sont pour moi deux enjeux qui sont intimement liés », affirme-t-il, réagissant à des commentaires sur les médias sociaux, qui remettaient en doute le choix de décerner à l'étudiant de 22 ans le prix

Impératif français.

« Le fait qu'on s'étonne que je puisse recevoir ce prix est la preuve de l'étroitesse de notre conception à la fois de l'éducation et de la culture. »

« On a oublié que le réseau d'éducation d'universités publiques que l'on s'est doté durant la Révolution tranquille a été l'un des leviers principaux pour le développement et l'épanouissement de la culture québécoise. »

Prix « Citron »

Impératif français a aussi profité de l'occasion pour décerner ses traditionnels Prix « Citron ».

Les multinationales qui refusent de franciser leur bannière en sol québécois, le Parti libéral du Québec tout comme le Parti québécois et le Parti conservateur ont été unis dans l'opprobre.

Impératif français a jeté le déshonneur sur une poignée d'entreprises dont Best Buy, Costco, Walmart, Gap et d'autres encore, pour leur refus à s'afficher en français.

Plus de détails dans LeDroit du 25 mars 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer