Le maire Coulombe songe à intenter des poursuites

Le maire de Maniwaki, Robert Coulombe... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le maire de Maniwaki, Robert Coulombe

Archives, LeDroit

Partager

Le maire de Maniwaki, Robert Coulombe, a obtenu l'autorisation du conseil pour que la municipalité engage un avocat devant le représenter et pour intenter des poursuites, s'il y a lieu, dans le dossier du Château Logue.

Aucune limite de dépense n'a été fixée par le conseil municipal. Le choix du procureur reviendrait au maire. Cette disposition est prévue dans la Loi sur les cités et villes du Québec.

Cette résolution a été adoptée à quatre contre un lors de la séance du conseil municipal de Maniwaki tenue le 4février dernier. Aucune résolution claire n'était écrite lors de la tenue vote, ce qui avait irrité certains citoyens présents. LeDroit a demandé une copie de la résolution à la direction générale de la Ville de Maniwaki, dès le lendemain. Ce n'est que deux semaines plus tard, après des demandes répétées, que le greffier a transmis au Droit une copie officielle de la résolution.

Elle stipule que certaines allégations et commentaires préjudiciables au maire et aux membres du conseil municipal ont été faits dans les médias dans le dossier du Château Logue. Ces allégations, selon la résolution, portent également atteinte à la réputation de la Ville de Maniwaki.

Taxes impayées

Dans son édition du 22 janvier, LeDroit révélait que le Château Logue devait près de 700000$ en taxes et intérêt impayées à la Ville de Maniwaki depuis 2006. Deux jours plus tard, le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT), dans une procédure aussi inusitée que rarissime, déposait lui-même une plainte afin d'enclencher une enquête concernant la gestion des affaires municipales à Maniwaki. Cette enquête est actuellement en cours.

«Mauvaise gestion»

Louis-André Hubert est le seul conseiller à avoir voté contre cette résolution. Selon lui, la Ville a déjà suffisamment dépensé d'argent en services juridiques dans le dossier du Château Logue. «Nous avons dépensé environ 30000$ en juristes au cours de la seule dernière année pour ce dossier-là, pour nous assurer de la légalité de notre position et pour renégocier des ententes, explique-t-il. Nous avons fait ça avec l'argent des contribuables. Ce sont des dépenses qui s'ajoutent aux sommes dues que la Ville de Maniwaki ne perçoit pas auprès du Château Logue. C'est de la mauvaise gestion de fonds publics. À mon avis, ce n'est pas dans l'intérêt de la Ville de dépenser encore plus d'argent pour ça.»

En renégociant l'entente sur la location des terrains où se trouve le golf, la Ville a fait une croix sur une somme de 360000$ en frais de location impayés par le Château Logue.

Un autre élément d'inconfort a forcé le conseiller Hubert à voter contre cette résolution. «C'est le directeur général de la Ville qui a présenté, à huis clos, cette demande un peu avant la séance du conseil municipal, explique-t-il. C'était pour embaucher un procureur comme conseiller juridique dans le cadre de l'enquête du ministère. Une fois en conseil municipal, en public, ce n'était plus ça. C'était l'embauche d'un procureur pour permettre au maire de poursuivre ceux qui ont dit des choses qui ont été peu agréables à ses oreilles. Ça m'a causé un inconfort. J'ai voté contre.»

Le maire Robert Coulombe n'a pas retourné nos appels.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer