Revenu Québec ira chercher compensation

La fermeture et la remise en état du... (Archives, LeDroit)

Agrandir

La fermeture et la remise en état du dépôt de matériaux secs de Cantley aura finalement coûté 4,8 millions $ au gouvernement du Québec. Une somme que Revenu Québec tentera maintenant de récupérer.

Archives, LeDroit

Partager

Les anciens exploitants du dépôt de matériaux secs (DMS) de Cantley se retrouvent dans la mire de Revenu Québec, qui entend récupérer les 4,8 millions$ dépensés par le ministère de l'Environnement pour remettre le site en état.

Selon le porte-parole du ministère de l'Environnement du Québec en Outaouais, Christian Perron, le dossier a été transféré à Revenu Québec après que le ministère ait envoyé, en mai 2012, un avis de réclamation de 4,8 millions$ à Denzil Thom et George O'Dwyer, ainsi qu'à leurs entreprises. Or, M.Thom n'a pas réagi, tandis que M.O'Dwyer conteste la réclamation devant le Tribunal administratif du Québec.

La réclamation de 4,8 millions$ vise à récupérer le montant dépensé par le ministère de l'Environnement pour fermer définitivement le DMS et contrôler les émissions de gaz provenant de l'ancien dépotoir.

Les problèmes du DMS de Cantley ont débuté en janvier 2005, lorsqu'un incendie s'est déclaré au coeur du tas de matériaux de construction qui y étaient enfouis. Les gaz émis par le DMS ont incommodé les résidents des environs et forcé une évacuation temporaire du secteur.

Fermé définitivement en 2007, le DMS des Cantley a fait l'objet d'une longue lutte entre des résidents et la municipalité de Cantley, d'une part, et les exploitants du site, d'autre part.

Après l'incendie de 2005, le ministère de l'Environnement a tenté de forcer les exploitants à mieux gérer leur site et à le rendre conforme aux normes modernes d'exploitation. Mais la gestion du site s'est peu améliorée et les travaux n'étaient pas complétés lorsque le ministère a perdu patience et ordonné la fermeture du DMS en 2007. Les exploitants ont alors entamé une longue bataille juridique contre le gouvernement du Québec, mais ont finalement perdu leur cause.

Le gouvernement du Québec a ensuite pris le contrôle de l'ancien DMS afin de s'assurer que la fermeture du site soit faite selon les règles. Une membrane géotextile a été placée sur le site, le terrain a été nivelé, de l'herbe a été semée pour renaturaliser le terrain et des appareils recueillant les gaz ont été installés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer