Ottawa s'offre une grande fête pour célébrer la nouvelle année

Des centaines de personnes ont donné quelques coups... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Des centaines de personnes ont donné quelques coups de patin sur la Patinoire des rêves avant que la musique traditionnelle se fasse entendre sur la scène principale.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partager

L'ambiance était à la fête dans le centre-ville d'Ottawa, hier soir.

Difficile d'imiter l'inégalable exubérance new-yorkaise. Mais ceux qui se sont déplacés sur la rue Sparks, et à qui l'on avait promis une expérience comme celle à Time Square, n'ont pas été déçus.

À quelques heures d'un compte à rebours des dernières secondes de l'année, des centaines de personnes étaient réunies sur le mail piétonnier, entre les rues Elgin et O'Connor.

De nombreux fêtards interrogés ont félicité les organisateurs d'avoir osé mettre sur pied la fête en plein air, comme il s'est fait dans la plupart des grandes villes du monde.

«Il était temps, lance sans ambages Linda McQuiggan, qui était à la grand-messe new-yorkaise il y a deux ans. Pour une première année, c'est très bien. C'est un bon départ.»

Des kiosques offraient aux visiteurs de la nourriture et des boissons alcoolisées, entre autres.

La scène, postée au coin de la rue Metcalfe, a accueilli plusieurs groupes locaux, qui ont mis la table pour la formation Arkells, gagnant du prix du groupe de l'année lors de la dernière remise des prix Juno.

Pour Stephanie Chippure, il n'y a rien de mieux qu'une grande fête extérieure pour célébrer la nouvelle année. «L'ambiance est géniale, c'est mieux que de se retrouver dans un bar ou dans une réception chez des amis.»

Hogmanay, une célébration aux saveurs de l'Écosse, a lancé le bal de fin d'année dans la capitale en fin d'après-midi, devant l'hôtel de ville, sur la rue Laurier. Des centaines de personnes en ont profité pour donner quelques coups de patin sur la Patinoire des rêves avant que la musique traditionnelle se fasse entendre sur la scène principale.

Lois Prud'homme a profité de l'occasion pour montrer à sa petite fille Peneleape Valiquette, 3 ans, la richesse du patrimoine et des traditions de ses ancêtres.

«Elle a très hâte de voir les musiciens et de pouvoir danser, affirme Mme Prud'homme, alors que la petite Peneleape s'exécutait déjà avec quelques pas de danse. La température est idéale et la neige est magnifique.»

La première personne à occuper le poste de premier ministre du Canada, Sir John A. Macdonald, a fait office de maître de cérémonie. Né en Écosse, celui qui apparaît sur l'actuel billet de 10 $ a souhaité aux fêtards et à son pays «que nous reconnaissions nos réalisations, dans nos différences et nos similitudes, de sorte que nous soyons en mesure de montrer au monde qui nous sommes».

Un feu d'artifice a illuminé le ciel, plus tard en soirée.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer