Faire le deuil du père Noël

AVERTISSEMENT: La lecture de ce texte est déconseillée aux jeunes enfants. Ce... (Photo: Stéphanie Mantha, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Photo: Stéphanie Mantha, archives La Voix de l'Est

Partager

Sur le même thème

AVERTISSEMENT: La lecture de ce texte est déconseillée aux jeunes enfants. Ce qui suit doit rester entre le père Noël et les parents.

L'imitation du père Noël fait par l'oncle Philippe n'était pas à point lors de la distribution des cadeaux. Les plus jeunes n'y ont quand même vu que du feu, mais les plus vieux se sont mis à douter en silence - pour l'instant, du moins - de l'existence du sympathique bonhomme à la barbe blanche. Toutes ces années à croire en un personnage qui finalement n'existerait pas.

Pour les parents de ces enfants, ce n'est plus qu'une question de temps avant de devoir essuyer un bombardement de questions.

Un moment important

Cesser de croire au père Noël est un événement important, voire parfois dramatique chez les enfants. Certains le vivront comme un deuil. D'autres voudront continuer de vivre dans le déni pendant un certain temps en voulant continuer d'y croire, tout en étant maintenant conscients, dans leur for intérieur, que le père Noël n'est en réalité qu'une invention des grandes personnes.

Il est inutile pour les parents d'échafauder des explications à l'emporte-pièce et de perpétuer le mythe du père Noël, des rennes et du traîneau volant dans le ciel lorsque l'enfant se met à douter.

«Il ne faut pas tenter de renforcer le mensonge, affirme Yannick Mailloux, psychologue chez Y2 Consultants, à Gatineau. Il vaut mieux suivre l'enfant dans son propre cheminement. Sans lui dire clairement que le père Noël n'existe pas, le parent peut lui parler de l'esprit de Noël, lui expliquer ce que représente le père Noël. C'est une figure d'amour, de partage, de festivités et de rapprochement. On peut l'aider dans son questionnement tout en le laissant trouver la réponse lui-même.»

M.Mailloux explique que la majorité des enfants feront leur deuil rapidement du père Noël. «La plupart des enfants vont se dire qu'ils sont maintenant rendus grands, qu'ils font désormais partie de la gang de ceux qui savent que le père Noël n'existe pas, explique le psychologue. Plusieurs vont s'en faire une fierté et vont rapidement embarquer dans le jeu. Comme les parents, ils vont finir par prendre plaisir à faire croire aux plus jeunes que le père Noël existe.»

Un âge pour croire?

Yannick Mailloux indique que les enfants vont généralement cesser de croire au père Noël entre l'âge de 6 et 10 ans. «Souvent, ça survient lors des premières années à l'école primaire, explique M.Mailloux. Des amis vont commencer à dire que le père Noël n'existe pas et le doute va finir par s'installer.»

Rendu à l'âge de 10 ans, si l'enfant croit encore dur comme fer au père Noël, il y a peut-être lieu d'agir pour les parents, estime le psychologue. «À cet âge, c'est presque dangereux socialement de croire encore au père Noël, dit-il. L'enfant pourrait faire rire de lui à l'école.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer